DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : à qui profite le crime ?

euronews_icons_loading
Virus Outbreak Germany
Virus Outbreak Germany   -   Tous droits réservés  Oliver Dietze/(c) Copyright 2020, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Taille du texte Aa Aa

Quand la crise sanitaire profite à certains.

Europol a déjoué une escroquerie internationale de plus de deux millions d'euros, portant sur une fausse vente de masques de protection destinés aux autorités allemandes.

Les autorités allemandes, qui envisagent de lever progressivement les restrictions de déplacement liées à la pandémie en conditionnant l'assouplissement au port obligatoire d'un masque dans les transports en commun, ont, selon Europol, sous-traité à deux entreprises l'achat de masques pour une valeur de 15 millions d'euros.

Les polices internationales mettent aujourd'hui en garde contre les tentatives d'escroquerie qui explosent en marge de la pandémie de coronavirus et qui sont le fait d'individus cachés derrière leur ordinateur ou de bandes du crime organisé.

Précisions avec Stephen Kavanagh, directeur exécutif des services de police d'Interpol :

"Ce qu'Interpol veut souligner, c'est que les gens doivent être vigilants, ils doivent être sceptiques chaque fois qu'ils s'engagent dans des accords à grande échelle. Ils doivent se mettre en sécurité, et ils doivent poser les questions difficiles. Il vaut mieux sonder des partenaires commerciaux potentiels avant de leur faire confiance. Ensuite, ce qu'on voit ce sont des pièces jointes malveillantes sur les e-mails que les gens ouvrent, ou des attaques de ransomwares (rançongiciels) que nous avons vues sur certains établissements médicaux et hôpitaux. Nous voyons également le crime organisé se transformer soudainement en prêteur pour ceux qui sont vulnérables et à court d'argent, pour offrir des services de transport ou des services de nettoyage. Ce ne sont donc pas seulement des crimes évidents, ce sont des crimes organisés s'intégrant dans des solutions proposées et profitant de gouvernements désespérés."

Le 26 mars dernier, plus de 8000 masques ont été volés sous la menace par deux hommes dans le sud de l'Italie qui ont été arrêtés par les carabiniers.