DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : les seniors en première ligne en Europe

euronews_icons_loading
Coronavirus : les seniors en première ligne en Europe
Tous droits réservés  Jean-Francois Badias/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Les personnes âgées, premières victimes du coronavirus. Une étude le confirme. Menée par la London School of Economics, elle révèle qu'entre 42 et 57% des décès survenus en Italie, Espagne, France, Irlande et Belgique ont eu lieu dans les maisons de retraite médicalisées et des établissements médico-sociaux.

En Italie, une enquête sur la maison de retraite la plus importante

En Italie, plusieurs enquêtes sont en cours, notamment dans la maison de retraite la plus importante du pays, à Milan, où plus de 140 résidents sont morts du coronavirus. Si le chiffre des contaminations est au plus bas depuis un mois, d'autres aspects comme les morts non recensés commencent à faire l'objet d'investigations.

Au Royaume-Uni, le décompte macabre est vertigineux : plus de 12 000 décès à ce jour. Et les seniors sont là aussi en première ligne.

« Nous enregistrons de nombreux cas de contamination dans les établissements médico-sociaux, admet Yvonne Doyle, représentante de la branche anglaise du NHS. De grands efforts sont faits pour nous assurer que l'impact sur les pensionnaires soit le plus faible possible. Donc nous travaillons activement avec ce secteur, mais c'est un secteur très disparate. »

La France, l'une des rares à comptabiliser les décès en maisons de retraite médicalisées

La France est l'un des rares pays en Europe à inclure les décès en Ehpad dans le bilan officiel. Sur plus de 15 700 morts, 5 600 ont succombé dans ces maisons de retraites médicalisées ou dans d'autres établissements médico-sociaux. Selon les premières estimations, la moyenne d'âge des victimes du Covid-19 est de 81 ans. Le nombre d'hospitalisations et d'admissions en soins intensifs continue, lui, de baisser peu à peu.

En Suède, la stratégie du laisser-faire montre ses limites

En Suède, la stratégie du non-confinement est de plus en plus critiquée. Seules interdictions : les rassemblements de plus de 50 personnes et les visites dans les maisons de retraites. Ce qui n'a pas empêché les décès dans ces établissements.

« Ce qui n'a pas bien fonctionné, ce sont nos efforts pour protéger les personnes âgées, reconnaît Anders Tegnell, épidémiologiste auprès de l'agence nationale de santé. Malheureusement, beaucoup de personnes dans les maisons de retraite ont été infectées et sont décédées. C'est très regrettable et nous travaillons dur pour essayer de rectifier cela. »

En Suède, le virus a fait plus de 1 000 victimes. C'est bien plus que ses voisins nordiques. Or les autorités sanitaires préviennent : les décès du week-end de Pâques n'ont pas encore été recensés.