Covid-19 : frappés de plein fouet, les Européens espèrent toujours l'accalmie

Members of the medical staff at the COVID-19 unit of the Policlinico Sant'Orsola-Malpighi hospital in Bologna on April 15, 2020
Members of the medical staff at the COVID-19 unit of the Policlinico Sant'Orsola-Malpighi hospital in Bologna on April 15, 2020 Tous droits réservés Photo by Miguel MEDINA / AFP
Par Julien PavyEuronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

France, Italie, Royaume-uni, Espagne... Les pays européens attendent toujours un recul significatif de l'épidémie, alors que les bilans des victimes du Covid-19 demeurent élevés.

France : 18 600 morts, mais des signaux positifs

PUBLICITÉ

L'épidémie de coronavirus reste sur un plateau élevé en France avec encore 761 nouveaux décès en 24 heures dans les hôpitaux et les établissement pour personnes âgées, pour un total de 18 600 morts. Mais les autorités de santé mettent en avant des signes positifs, estimant que les mesures de confinement ont permis de "casser" l'épidémie. Le nombre de personnes hospitalisées et en réanimation recule.

L'Italie n'entrevoit pas encore le bout du tunnel

L'Italie, de son côté, demeure le pays européen le plus endeuillé avec près de 23 000 morts, dont encore 525 sur une journée. Les professionnels de santé payent un lourd tribu, 17 000 d'entre eux ont été infectés, 125 ont succombé au virus.

L'Italie, premier pays en Europe à avoir mis en place des mesures de restrictions strictes, n’entrevoit toujours pas le bout du tunnel. Le confinement est en vigueur au moins jusqu'au 3 mai, mais aucune réouverture des écoles n'est prévue jusqu'à présent par les autorités.

"Une fois le confinement levé, nous devrons maintenir des règles strictes de distanciation sociale", a insisté le directeur du département des maladies infectieuses. L'Italie achève sa sixième de confinement.

Le Royaume-uni espère un vaccin à l'automne

Enfin, le Royaume-uni se rapproche de la barre des 15 000 morts après les 847 décès annoncés vendredi. Le gouvernement britannique intensifie les efforts pour qu'un vaccin soit disponible le plus rapidement possible, peut-être dès l'automne selon les scénarios les plus optimistes. Les autorités étendent également les tests de dépistage et promettent davantage de blouses de protection pour le personnel soignant.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelles manifestations d'agriculteurs en France et en Pologne

La guerre contre la drogue peut-elle être gagnée à Marseille ?

Paris 2024 : Emmanuel Macron a inauguré le village olympique