DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Corinne, survivante au virus : "on m'a fait revenir en fait"

euronews_icons_loading
 Corinne, survivante au virus : "on m'a fait revenir en fait"
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Avant d'être touchée par le covid-19, Corinne était directrice d'un centre médico-social pour personnes handicapées. La maladie, elle l'a approchée de près, avec ses protégés.

"Des fois, ça prenait une nuit entière au téléphone pour avoir quelqu’un, le 15, pendant que les gens, dans leur chambre, étaient en train de mourir. Donc c’est vrai que… c’était dur leur dire au revoir, sans les accompagner."

Puis un jour, c'est elle qui a été atteinte. Durement.

Corinne est sortie de réanimation il y a 15 jours, à l'hôpital Lariboisière à Paris. Elle a fait une complication au Covid, a été maintenue une semaine en coma artificiel, son rein a lâché.

"En réa, j’avais l’impression qu’on me pilait, avec des piqûres, parce qu’on me fait une trachéite, on met des sondes, et chaque personne qui vient ouvre le pansement à sa façon. Donc c’est vrai que depuis que je suis dans ce service-là, c’est plus humain, on se pose, on peut rigoler, on se parle, j’apprends à vivre avec tout ça."

Malgré sa trachéotomie qui l'empêche de parler, cette quinquagénaire raconte sa résurrection :

"J’étais très étonnée d’être encore en vie, parce que quand on me raconte ce qui s’est passé, en fait, moi je trouvais que j’étais carrément morte et qu’on m’avait fait revenir en fait. "

Et quand on lui demande quel fut son plus grand bonheur, à son réveil :

"Manger des compotes de pomme. J’en ai mangé trois en une semaine. Et mon plus grand bonheur, au début de la rééducation, c’était mon rêve en réa, c’était de re-boire de l’eau, et quand j’ai pu boire une cuillère de Cristalline, je me suis dit : mais on se rend pas compte comment les petits choses du quotidien, c’est énorme en fait!"

Corinne va vivre longtemps avec le souvenir du Covid, avec ce trou dans la gorge pour respirer qu'elle gardera pendant des mois ou des années, et sous la surveillance étroite des médecins.