DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Pologne : le gouvernement refuse de reporter le scrutin présidentiel du 10 mai

euronews_icons_loading
Pologne : le gouvernement refuse de reporter le scrutin présidentiel du 10 mai
Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

À sept jours de l'élection présidentielle, l'ambiance politique est tendue en Pologne et l'opposition ainsi que différentes institutions nationales et internationales réclament son ajournement.

Malgré des pressions de toutes parts - opposition, personnel médical, population et mêmes des membres et alliés du parti conservateur au pouvoir - le gouvernement refuse de reporter le scrutin du 10 mai.

Le parti eurosceptique aux commandes du pays, Droit et Justice (PiS), soutient le président sortant Andrzej Duda, qui en est issu et qui brigue un second mandat.

Le Parlement doit encore autoriser ce mode de scrutin

Le pouvoir a tout mis en place pour que le scrutin puisse se dérouler par correspondance, c'est à dire par courrier, ce qui est inédit en Pologne. Mais des doutes subsistent sur la capacité du PiS à rassembler suffisamment de voix pour faire adopter définitivement la loi autorisant ce mode de scrutin, lors d'une séance du parlement prévue le 7 mai.

La formation avance qu'il s'agit d'une nécessité constitutionnelle et que le vote par correspondance devrait garantir la sécurité des citoyens.

D'après des experts l'exécutif refuse de reporter le scrutin, convaincu qu'il pourrait gagner actuellement haut la main mais pourrait avoir du mal plus tard, car l'économie devrait vaciller dans le sillage du confinement qui a contraint de nombreuses entreprises à fermer.

Les anciens chefs de l'État et une majorité d'ex-Premiers ministres s'opposent à la tenue du scrutin

Tous les anciens chefs de l'Etat polonais et la majorité des ex-Premiers ministres se sont déclarés opposés à la tenue du scrutin présidentiel prévu le 10 mai, le considérant comme une "pseudo-élection", dans une lettre commune publiée jeudi 30 avril dans les médias polonais.

"Imposée par le parti Droit et Justice (PiS, au pouvoir) l'élection par correspondance a été votée en dépit de la Constitution et du règlement de la Diète" (chambre basse), ont écrit Lech Walesa, le leader historique du mouvement Solidarité, et les deux présidents qui lui ont succédé à la tête de l'Etat: Aleksander Kwasniewski (gauche) et Bronislaw Komorowski (centre).

L'élection "ne sera ni générale ni équitable (...), sans garantie d'un vote secret et sans la possibilité d'un contrôle civique de l'honnêteté de son déroulement", ont ils insisté dans la lettre, co-signée par les ex-chefs de gouvernement Marek Belka, Jan-Krzysztof Bielecki, Wlodzimierz Cimoszewicz, Ewa Kopacz, Kazimierz Marcinkiewicz et Leszek Miller, venant de différents bords politiques.

Les signataires ont déclaré leur intention de ne pas participer à cette "pseudo-élection". La même décision avait été annoncée par le chef du Parti populaire européen (PPL) et ex-président du Conseil européen, l'ancien Premier ministre polonais Donald Tusk.

Le ministre de la santé, pour un report

Le ministre polonais de la Santé, qui est cardiologue, a jugé vendredi 24 avril que reporter jusqu'en 2022 l'élection présidentielle prévue en mai serait "la seule option sûre" étant donné la pandémie de nouveau coronavirus.

"Une option serait de suspendre tout cela pendant deux ans et de gérer vraiment l'épidémie. Je pense que c'est la meilleure option et je la recommande", a indiqué Lukasz Szumowski, sur la chaîne de télévision privée Polsat, avant de faire un revirement : l'option postale "serait certainement plus sûre qu'une élection traditionnelle".

Un sondage publié en mars montrait que 72% des personnes interrogées souhaitaient un report du scrutin par crainte pour leur santé.