DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Déconfinement : quelles règles dans les transports en commun d'Île-de-France à partir de lundi ?

euronews_icons_loading
Déconfinement : quelles règles dans les transports en commun d'Île-de-France à partir de lundi ?
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

La RATP compte assurer 75% du service mais des filtrages seront organisés pour limiter le nombre de personnes dans les stations et les rames. Et les voyageurs devront présenter une attestation de leur employeur aux heures de pointe.

C'est l'une des questions qui suscitent le plus d'inquiétudes, avec la réouverture des écoles : le retour dans les transports, après quasiment deux mois de confinement en France.

Dans les transports en commun d'Île de France, où 12 millions de voyages sont effectués habituellement chaque jour, la vigilance sera particulièrement de mise.

Car tout ne sera pas comme avant le confinement. Si la RATP compte assurer 75% du service, la capacité d'emport va être limitée à environ 15% de la normale. La SNCF prévoit de son côté entre 50% et 60% de circulation de ses trains de banlieue.

Objectif : combiner une offre la plus importante possible pour étaler l'affluence. "Cette règle implique la réduction de plus de 75% de la capacité d’emport du réseau francilien et elle va nécessiter de limiter au maximum l'usage de ces transports", a détaillé ce vendredi Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France.

"Cela veut dire que nous ne pourrons accueillir à partir du 11 mai que 1,5 million de voyageurs, là où nous en accueillons en temps normal 5 millions", a-t-elle ajouté.

"Environ soixante stations de la RATP (sur 302) resteront fermées à partir du 11 mai", a également indiqué ce vendredi le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari lors d'une conférence de presse.

Filtrages, marquages au sol et distribution de masques

Plusieurs règles devront être respectées. Le port du masque est désormais obligatoire dans les transports. Et les voyageurs devront présenter une attestation de leur employeur aux heures de pointe : "entre 6h30 et 9h30", et "le soir entre 16h et 19h".

Des filtrages à l'entrée des stations seront mis en place par les forces de l'ordre et les agents de sécurité de la RATP pour éviter une trop forte affluence.

Des marquages au sol ont également été mis en place pour espacer les voyageurs sur les sièges des stations et dans les rames, mais aussi dans les couloirs de correspondance et sur les quais.

La RATP dit procéder à des opérations de désinfection quotidiennes avec des produits virucides. Et deux millions de masques doivent être distribués, selon la région Île-de-France. A cela s'ajoute un effort de l'Etat : le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé que 10 millions de masques seront mis à disposition des opérateurs de transports partout en France, dont la moitié en Île-de-France.

Mais une inconnue demeure : combien seront-ils à souhaiter prendre les transports en commun ? Le gouvernement compte sur la poursuite du télétravail et sur les modes de transports alternatifs. Lundi sera donc aussi l'occasion de voir si les franciliens ont adopté le vélo plus que d'ordinaire, alors que le ministère de la Transition écologique avait annoncé fin avril un plan de 20 millions d'euros pour inciter les Français à pédaler.

Parmi les mesures, figurait un forfait de 50 euros pour remettre en état sa bicyclette. D'autres pourraient en revanche être tentés de prendre leur voiture pour éviter l'affluence dans les transports.