PUBLICITÉ

La stratégie de Bruxelles pour la biodiversité

La stratégie de Bruxelles pour la biodiversité
Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A l'occasion de la Journée internationale de la #biodiversité, la #Commission #européenne est revenue sur sa stratégie pour un avenir plus durable, et compte investir 20 milliards d'euros par an à cette fin.

PUBLICITÉ

Comment l'Europe peut-elle mieux protéger ses espaces naturels et sa faune, mis à mal depuis des décennies ?

A l'occasion de la Journée internationale de la biodiversité, menée sous l'égide de l'ONU, la Commission européenne a présenté sa stratégie pour se tourner vers un avenir plus durable.

La Commission européenne a présenté ses propositions pour défendre la biodiversité et une alimentation de qualité.

Des mesures prises dans le cadre du "Green Deal", avec pour la première fois des objectifs contraignants de restauration des écosystèmes européens, et ce dès l'an prochain.

Bruxelles propose de planter 3 milliards d’arbres d’ici à 2030, et d’interdire l’importation de tous les produits qui ont contribué à la déforestation

Autre objectif, parvenir à ce que 25 % des exploitations relèvent de l'agriculture biologique, contre 7,5 % en moyenne aujourd'hui au sein des pays de l'Union; et inverser le déclin des pollinisateurs.

La stratégie consiste à protéger activement 30 % du territoire européen terrestre et marin d'ici dix ans, et diminuer de moitié le recours aux pesticides dans l'agriculture d'ici à 2030.

La Commission promet de consacrer 20 milliards d’euros à la défense de la biodiversité par le biais des programmes mis en place.

Un dossier inscrit dans le plan de relance pour doper l'économie européenne, érodée par la crise sanitaire.

Angela Merkel et Emmanuel Macron ont appelé à un renforcement du Green Deal. Mais ce n'est que le 27 mai que la Commission européenne détaillera sa feuille de route.

Bruxelles s'est aussi fixé comme objectif de réduire le gaspillage alimentaire de 50 % d'ici 2030, et estime que l'inaction climatique aurait des conséquences sociales mais aussi économiques, et pourrait coûter jusqu'à 2 point de PIB à l’UE.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Grand débat électoral avant les européennes : ce qu'en ont pensé les primo-votants

L'UE organise un forum sur la défense pour rallier l'industrie militaire européenne à l'Ukraine

Le nucléaire au secours du réchauffement climatique ?