DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nouvelle semaine de déconfinement : Madrid et Barcelone retrouvent terrasses de bars et hôtels

euronews_icons_loading
Nouvelle semaine de déconfinement : Madrid et Barcelone retrouvent terrasses de bars et hôtels
Tous droits réservés  Bernat Armangue/Copyright 2020 The Associated Press.
Taille du texte Aa Aa

Après dix semaines de strict confinement, Madrid et à Barcelone retrouvent terrasses de bars et hôtels ce lundi. Les deux villes, situées dans les zones les plus durement frappées par la pandémie de coronavirus en Espagne, entament ainsi la phase 1 du déconfinement. Une progressive levée des restrictions qui ne suscite pas que le soulagement.

"Je pense que les choses vont trop vite. La crise économique qui arrive sera grave et je ne pense pas que nous devrions prendre des risques", explique cette habitante de Barcelone.

"Pour des villes comme Madrid et Barcelone, rouvrir signifie mobiliser une grande partie de la population du pays. Est-ce nécessaire? Eh bien, je pense qu'en termes économiques, c'est vital", dit cet homme au micro d'euronews.

La retour des touristes cet été, vital pour des économies qui reposent largement sur le tourisme : c'est le cas de l'Espagne mais aussi de la Grèce. Mais attention à un relâchement trop rapide. En Allemagne, une quarantaine de personnes ayant assistés à la même cérémonie religieuse à Francfort début mai ont été testées positives au Covid-19.

Traçage

En cette période de confinement, retrouver les cas-contact (les personnes ayant été en contact avec des cas testés positifs) constitue la seconde bataille. La Turquie affirme que ce travail clé a permis au pays de contenir la pandémie.

"Grâce à notre travail de détectives, nous empêchons les cas d'interagir. Nous prélevons des échantillons de patients dans le confort de leur foyer, ce qui les empêche de sortir et de propager le virus", analyse Dr Melek Nur Aslan, responsable du district de Fatih à Istanbul.

En France, la prudence demeure aussi dans les départements encore rouge, où la circulation du virus reste importante. C'est le cas de Paris, où les parcs restent fermés malgré les demandes répétées de la part de la mairie pour les rouvrir. Ce qui n'empêche pas les Parisiens de se rassembler dans d'autres endroits, comme les bords du canal Saint-Martin.