DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Déplacements, frontières, bars, écoles : les annonces de la phase II du déconfinement

euronews_icons_loading
Le Premier ministre français, Edouard Philippe, le 28 mai 2020.
Le Premier ministre français, Edouard Philippe, le 28 mai 2020.   -   Tous droits réservés  Philippe Lopez, Pool via AP
Taille du texte Aa Aa

Le déconfinement va connaître un grand coup d'accélérateur en France à partir du 2 juin prochain. Les Français pourront ainsi retourner dans les cafés et les restaurants et se déplacer à plus de 100 km de leur domicile.

Sous forte pression pour desserrer l'étau en France, le Premier ministre Edouard Philippe et des membres de son gouvernement ont présenté ce jeudi l'acte II du déconfinement, avec de très nombreux assouplissements des restrictions en vigueur au vu de la situation sanitaire encourageante.

Des indicateurs au vert

Le Premier ministre français a débuté sa déclaration en indiquant que "les résultats sont bons sur le plan sanitaire" et que "tous les indicateurs sont au vert sauf dans le département du Val d'Oise et à Mayotte". Edouard Philippe a précisé, toutefois que "le virus continue à circuler en France où se trouvent encore de nombreux clusters" et que "les hôpitaux sont toujours sous tension". Il a également enjoint les personnes vulnérables à toujours limiter leurs contacts. Le locataire de Matignon en a également appelé "au bon sens" de la population française pour éviter une nouvelle vague de l'épidémie.

Edouard Philippe a ensuite présenté la nouvelle version de la "fameuse" carte, où apparaissent deux couleurs : vert et orange en fonction de la situation sanitaire du moment. Cette carte a servi à élaborer cette nouvelle phase de déconfinement qui sera également différenciée en fonction des zones. Les zones rouges ont disparu. En métropole, seule l’Ile-de-France – la région parisienne – est en zone orange, comme Mayotte et la Guadeloupe en Outre-Mer.

Présent aux côtés d'Edouard Philippe, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a lui rappelé l’importance de respecter les gestes barrières et la distanciation physique, gage du recul de l'épidémie.

Ce qui va changer au 2 juin

La mesure de déplacements de plus de 100km n'a "plus de justification" a expliqué le Premier ministre. Dès le 2 juin, il sera donc possible de circuler librement sur tout le territoire .

Toujours en matière de déplacement, alors que de nombreuses personnes se posent la question des vacances, Edouard Philippe a indiqué que le gouvernement français "est favorable à une ouverture des frontières intérieures de l'Europe à compter du 15 juin si la situation sanitaire le permet, sans quatorzaine pour les voyageurs en provenance de pays européens".

Les restaurants et les cafés pourront rouvrir dans tous les départements, mais "sous conditions" dans les zones oranges – dont Paris – où seules les terrasses seront concernées par cette réouverture.

Partout en France, les parcs et jardins pourront rouvrir après le 2 juin, même en zone orange. "Enfin ! Le bon sens a fini par l'emporter", a réagi la maire PS de Paris Anne Hidalgo après l'annonce, une mesure qu'elle réclamait depuis plusieurs semaines contre l'avis du gouvernement.

De très nombreux lieux accueillant du public, comme les campings, les hébergements de loisirs, les salles de spectacles, les salles de sports ou les théâtres pourront rouvrir dès le 2 juin dans les zones vertes, en respectant toutefois les règles de distanciation physique. Pour les zones oranges, ces lieux pourront rouvrir le 22 juin.

Concernant les cinémas, ils rouvriront sur l’ensemble du territoire le 22 juin. Les plages, les lacs, les plan d'eau seront rouverts à partir de 2 juin.

Les rassemblements restent par contre toujours limités à 10 personnes.

Réouverture des salles de classes jusqu'au lycée

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, également présent lors de cette conférence de presse, à lui aussi fait plusieurs annonces.

Ainsi à compter du 2 juin, toutes les écoles seront ouvertes sur l'ensemble du territoire.

Pour les collèges en zones vertes, toutes les sections retourneront en cours. Dans les zones oranges, où ces établissements étaient restés fermés, seules les classes de sixième et cinquième sont concernées "dans un premier temps" par cette reprise.

Concernant les lycées, tous les établissements (généraux, technologiques et professionnels) vont rouvrir dans les zones vertes. Dans les zones oranges, seuls les lycées professionnels vont rouvrir sous condition. Enfin les interrogations qui planaient autour des épreuves du baccalauréat de français sont levées : les élèves de première seront notés en contrôle continu sur leurs résultats des premier et second trimestres.

StopCovid, l'application de traçage disponible le 2 juin

Le Premier ministre a présenté l'application StopCovid, un outil qui présente, selon lui "toutes les garanties nécessaires" et "qui respecte les données personnelles". Edouard Philippe a invité tous les Français à l'installer. Il sera possible de la télécharger et de l'installer dès le 2 juin.

Enfin, le Premier ministre a également déclaré que la France "va devoir se battre contre l'impact d'une récession historique", alors que le chômage a connu une hausse record de 22 % en avril dans l'Hexagone.

Revoir la conférence de presse d'Edouard Philippe

EN DIRECT | Conférence de presse sur la deuxième étape du déconfinement.

EN DIRECT | Avec Oliver Véran et Jean-Michel Blanquer, je tiens aujourd’hui une conférence de presse sur la deuxième étape du plan de déconfinement. Suivez notre présentation en direct :

Publiée par Édouard Philippe sur Jeudi 28 mai 2020

Avant d'être dévoilées à la Nation, ces mesures ont été tranchées dans la matinée lors d'un Conseil de Défense avec en ligne de mire la relance de l'activité économique, après un premier déverrouillage le 11 mai.

Cette seconde étape du plan de déconfinement intervient dans un contexte où les conditions sanitaires s'améliorent, avec un reflux continu du nombre de malades graves en réanimation (1 429 ce jeudi, soit 72 de moins que la veille).

Depuis début mars, le virus a tué en France 28 662 personnes (+66 en 24 heures), dont près de la moitié résidaient en Ehpad et autres établissements.