DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Rupture explosive : la Corée du Nord envoie un message brutal à Séoul

euronews_icons_loading
Image fournie par le ministère sud-coréen de la Défense
Image fournie par le ministère sud-coréen de la Défense   -   Tous droits réservés  Séoul
Taille du texte Aa Aa

La Corée du Nord a détruit le bureau de liaison inter-coréen. C'est un palier de plus dans la récente escalade de tensions entre les deux voisins.

La Corée du Nord a fait exploser le bureau de liaison inter-coréen à 14H49 heure locale. Le message de rupture de Pyongyang à Séoul ne pouvait pas être plus clair.

La confirmation est venue de ces images du ministère sud-coréen de la défense et d'une déclaration à la télévision nord-coréenne. Cette destruction survient après des menaces proférées ce week-end par Kim Yo Jong, la soeur cadette du dictateur nord-coréen Kim Jong Un.

L'explosion a eu lieu sur le territoire nord-coréen dans la zone industrielle de Kaesong. C'est sur ce site symbolique de part son histoire qu'avait été ouvert, il y a moins de deux ans, un bureau transfrontalier de liaison dans la foulée du premier sommet Trump-Kim.

Ces bureaux étaient fermés depuis janvier en raison de la pandémie de coronavirus, mais ils accueillaient auparavant une vingtaine de fonctionnaires des deux pays. Les Sud-coréens occupaient le deuxième étage et les Nord-coréens le quatrième. Les rencontres avaient lieu au troisième étage.

La Russie, inquiète, a appelé les deux Corées à la retenue.

Les relations inter-coréennes se sont graduellement dégradées dans la foulée du fiasco du deuxième sommet Trump-Kim de février 2019 à Hanoï, et c'est donc de pire en pire.

Histoire du site de Kaesong

Il faut savoir que Kaesong se trouvait initialement dans la zone de contrôle du Sud quand Moscou et Washington divisèrent la péninsule à la fin de la colonisation japonaise, après la Deuxième Guerre mondiale. La ville s'est retrouvée du côté Nord après la Guerre de Corée (1950-1953) qui s'est terminée sur un armistice et non un traité de paix.

La zone industrielle inter-coréenne de Kaesong, où environ 53 000 employés nord-coréens travaillaient pour 120 entreprises sud-coréennes à la fabrication de produits divers comme des montres ou des vêtements, avait ouvert en 2004.

Elle avait été créée alors que la Corée du Sud était présidée par le libéral Roh Moo-hyun, héritier de la politique de rapprochement avec le Nord lancée par son prédécesseur, et elle était saluée à l'époque comme le symbole de la coopération.

Mais elle fut fermée par la présidente conservatrice Park Geun-hye en 2016 en représailles au quatrième essai nucléaire nord-coréen. Séoul accusait Pyongyang de détourner les revenus de Kaesong pour financer ses programmes militaires interdits par la communauté internationale.