DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'UE aborde son 22è sommet avec la Chine en position de faiblesse

euronews_icons_loading
L'UE aborde son 22è sommet avec la Chine en position de faiblesse
Tous droits réservés  Vincent Yu/AP
Taille du texte Aa Aa

Le 22è sommet entre l'Union européenne et la Chine se tient lundi par visioconférence. Le commerce international sera au menu des discussions. L'UE sera aussi obligée d'évoquer les droits de l'homme, en particulier à Hong Kong. Et on peut légitimement se poser la question de l'efficacité des mots qu'aura Bruxelles.

"Nous ne pouvons rien faire de significatif, analyse David Gross, directeur du CEPS, le centre d'études des politiques européennes. La Chine est devenue trop puissante et se développe un peu plus chaque jour. Nous ne pouvons pas espérer changer son comportement. Nous pouvons toujours dire que plus la Chine piétinera les droits humains, moins nous serons ouverts en termes commerciaux, moins nous serons disposés à accueillir les investissements chinois en Europe. Mais tout cela, ce sont des problèmes de second rang pour la Chine elle-même. Nous pouvons donc exprimer notre mécontentement mais nous ne pouvons influer réellement sur le cours des événements."

La semaine dernière, la Commission européenne a décrit les nouveaux outils pour protéger les entreprises européennes d'une prise de contrôle par des entreprises étrangères subventionnées, en particulier chinoises. Bruxelles espère ainsi renforcer la protection de son marché intérieur. Mais les décisions de politique étrangère de l'UE sont très difficiles à faire aboutir car c'est l'unanimité qui règne en ce domaine.

"L'UE n'est pas une puissance forte donc il y a une vraie question sur sa capacité d'agir sur ces sujets politiques et d'un autre côté, la diplomatie relève des attributions des États-membres donc, comme institution, sa capacité réelle d'agir est une vraie question" selon Weinian Hu, chercheuse au CEPS.

L'UE tente de trouver un objectif commun qui satisfasse tous ses membres. La Chine de son côté espère que le sommet pourra renforcer la confiance stratégique et les coopérations bénéfiques des deux côtés.