DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

British Airways : les salariés inquiets pour leur avenir

euronews_icons_loading
British Airways : les salariés inquiets pour leur avenir
Tous droits réservés  Frank Augstein/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Alors que la crise du coronavirus a cloué au sol des dizaines de milliers d'avions à travers le monde, la compagnie British Airways envisage de supprimer 12 000 emplois et de modifier en profondeur le système de rémunération. Euronews s'est entretenu avec une hôtesse de l'air de la compagnie British Airways, qui a souhaité rester anonyme.

"Nous savions que la situation existait au début parce que nous volions beaucoup vers Hong Kong et nous savions qu'il y avait un confinement en cours là-bas" explique l'hôtesse, qui travaille pour la compagnie depuis vingt ans. "En mars, nous avons réalisé que ce serait un gros problème, mais nous ne nous attendions pas à ce que la compagnie aérienne réagisse comme elle l'a fait".

Le Covid-19, prétexte pour des licenciements massifs ?

British Airways envisagerait de licencier jusqu'à 12 000 employés, dont des milliers de membres d'équipage de cabine. Bien que la période soit mouvementée pour toutes les compagnies aériennes, certains employés estiment que la compagnie utilise le Covid-19 comme prétexte pour licencier les équipages plus âgés et plus expérimentés pour embaucher des jeunes avec des plus bas salaires. Des contrats plus précaires leurs seraient proposés.

"La nouvelle proposition de la société a un impact énorme sur nos termes et conditions. C’est une baisse de salaire de 60 à 70%. Ils veulent supprimer les conditions générales et mettre en place un contrat de zéro heure" indique l'hôtesse, qui pense qu'une nouvelle vague d'embauche de personnel plus jeune et aux prétentions salariales moindres serait à l'étude.

"C'est quelque chose qui se prépare depuis dix ans et tout d'un coup, cette pandémie arrive, et «boom», ce contrat à bas salaire réapparaît".

S'exprimant devant ses collègues au parlement britannique, le président de la commission des transports Huw Merriman a critiqué la direction de la compagnie aérienne.

"British Airways cherche à licencier près d'un tiers de ses effectifs tout en acceptant le plan de maintien dans l'emploi de plus de la moitié de ses employés. Dans le même temps, elle envisage d'investir un milliard de livres sterling dans une nouvelle compagnie aérienne. Les compagnies ne peuvent pas se comporter de cette manière et arnaquer le contribuable en même temps".

Dans une déclaration à Euronews, la compagnie British Airways a affirmé qu'elle s'efforçait de protéger autant d'emplois que possible et qu'aucune décision finale n'avait été prise quant aux rôles qui pourraient être attribués.

Euronews
La déclaration de British Airways à Euronews, en anglaisEuronews

Elle déclare également que les syndicats devaient mieux collaborer avec l'entreprise, en particulier ceux qui représentaient le personnel de cabine.