Les droits LGBT dans le viseur du Kremlin

Les droits LGBT dans le viseur du Kremlin
Tous droits réservés скриншот AP
Tous droits réservés скриншот AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce référendum à double détente ouvre la voie à une prolongation du pouvoir de Vladimir Poutine, en Russie, et à un ancrage des valeurs conservatrices, en proposant d'interdire les mariages homosexuels.

PUBLICITÉ

Ce référendum à double détente ouvre la voie à une prolongation du pouvoir de Vladimir Poutine et à un ancrage des valeurs conservatrices.

Le président russe envoie ainsi un message fort : les mariages ne pourront unir qu'un homme et une femme, une disposition qui devrait s'inscrire dans le texte fondamental, mais qui suscite l'inquiétude des militants des droits humains.

"Les personnes de la communauté LGBT n'ont pas le droit de se marier car c'est interdit par la loi, qui d'ailleurs fait déjà référence à la Constitution actuelle", explique Natalia Zvyagina, directrice d'Amnesty International Russie. "Ce qui n'empêche pas de restreindre encore plus leurs droits. Les changements constitutionnels portant sur la famille induisent des risques pour le public LGBT. C'est un signal du sommet de l'Etat adressé aux autorités, et qui signifie que ce sujet est important, que des restrictions sont possibles, et que les poursuites pénales engagées contre ces personnes sont légitimes. Cela peut aussi favoriser des réactions agressive s de la part de la collectivité".

Les poursuites la détention et les interrogatoires, Yulia Tsvetkova s'y est habituée. Cette militante féministe russe, qui défend les droits LGBT, a écopé d'une lourde amende il y a six mois. Et son engagement sur les réseaux sociaux lui vaut aussi des accusations de "pornographie", pour lesquelles elle encourt six ans de prison.

"Je pense que ces poursuites sont injustes", indique Yulia Tsvetkova, "et j'ai peur, même pas pour moi, mais surtout des possibilités que cela donne. A qui le tour ?".

Yulia reçoit souvent des menaces, et leurs auteurs lui font savoir qu'ils connaissent son adresse.

"Je rencontre parfois des gens homophobes, ceux qui me persécutent", poursuit-elle. "Et je lis également leurs messages, ils disent qu'ils ont l'intention de bientôt mettre la pression sur la communauté LGBT, qu'ils défendront ainsi la Constitution, et que ce sera donc un droit constitutionnel pour eux".

Le référendum sur les changements constitutionnels s'achèvera le 1er juillet prochain.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelle-Calédonie : les habitants craignent des pénuries

Le référendum sur la révocation de maires albanais au Kosovo a été boycotté

Le rôle des femmes et du mariage bientôt amendés dans la Constitution irlandaise ?