DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Quatre mois après sa fermeture, Disneyland Paris a rouvert ses portes

euronews_icons_loading
Les visiteurs de retour à Disneyland Paris, le 15/07/2020
Les visiteurs de retour à Disneyland Paris, le 15/07/2020   -   Tous droits réservés  AURELIA MOUSSLY/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

C'était le jour J pour Mickey, Minnie et leurs compagnons. Quatre mois après sa fermeture pour cause d'épidémie de coronavirus, Disneyland Paris a rouvert ce mercredi ses portes aux visiteurs.

Crise sanitaire oblige, le parc d'attraction de Seine-et-Marne a prévu une série de mesures d'hygiène, avec port du masque obligatoire à partir de 11 ans, distanciation physique pour chaque attraction et distributeurs de gel hydroalcoolique un peu partout sur le site. Certaines animations phares, comme la parade de jour, ont également été suspendues.

Plusieurs milliers de visiteurs ont donc franchi les grilles ce mercredi matin, toutefois, l'affluence n'avait rien à voir avec un jour d'été normal. Selon certains syndicats, cités par le journal Le Monde, le parc ne pourrait accueillir que 24 000 personnes maximum par jour, contre 80 000 en temps normal en pleine saison.

La direction de la filiale française est restée plus vague, se contentant d'indiquer que ses deux parcs – le Parc Disneyland et le Parc Walt Disney Studios – rouvriraient "progressivement, avec une capacité d'accueil limitée".

Côté hébergement, un premier hôtel (le Disney's Newport Bay Club) a rouvert ce mercredi, et d'autres suivront au cours de l'été, mais deux d'entre eux (le Sequoia Lodge et le Davy Crockett Ranch) "_rouvriront à une date annoncée ultérieuremen_t", a précisé le parc.

Cette perte de visiteurs, notamment étrangers, pourrait peser lourd sur les finances du groupe, déjà bien mises à mal par la longue fermeture.

En manque de liquidités, Disneyland Paris avait d'ailleurs procédé à la fin du mois de mai à une augmentation de capital d’un montant de 350 millions d’euros, souscrite par sa maison mère américaine. Les prochains mois pourraient donc être décisifs pour la filiale française.