DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Chaîne humaine en soutien à la fac de théâtre et de cinéma de Budapest

euronews_icons_loading
Chaîne humaine en soutien à la fac de théâtre et de cinéma de Budapest
Tous droits réservés  Budapest
Taille du texte Aa Aa

Les Hongrois se sont mobilisés par milliers ce dimanche pour défendre l'indépendance de l'Université de théâtre et du cinéma de Budapest, mise sous tutelle par le gouvernement de Viktor Orban.

Ce dimanche à Budapest, des milliers de personnes se sont mobilisées pour défendre l’indépendance de l'Université d’art dramatique et cinématographique (SZFE, en hongrois).

Une chaîne humaine a été formée à l’appel des étudiants depuis l’Université jusqu’au Parlement. Le gouvernement de Viktor Orban a récemment pris le contrôle de l’établissement en changeant sa direction et ses règles de gouvernance. Un nationaliste proche du Premier ministre, Attila Vidnyanszky a pris les rênes de la faculté. Mobilisés depuis déjà plusieurs jours, étudiants et professeurs sont déterminés à lutter contre cette main mise.

Chaîne humaine depuis la faculté jusqu'au Parlement

"Nous sommes comme une arrête coincée en travers de la gorge du gouvernement", dit János Szász, metteur en scène et professeur à l’Universtié du théâtre et du cinéma. "Ils ne pourront pas y survivre. Regardez ces gens, c’est incroyable. Ce n’est pas une question de politique. C’est fondamental pour une université, pour les étudiants de pouvoir décider par eux-mêmes", dit-il.

Sous le Hashtag "freeSZFE" ("Libérer l'université SZFE"), des centaines de personnalités du monde de la culture ont apporté leur soutien au mouvement, comme le réalisateur hongrois Kornél Mundruczó, dont un film est en compétition à la Mostra de Venise.

"Les organisateurs éspéraient au moins 5 000 participants à la manifestation pour pouvoir atteindre le Parlement", explique notre correspondante Rita Konya, "mais il y a eu beaucoup plus de personnes mobilisées. Les étudiants disent qu'ils ne cesseront pas de manifester tant que la nouvelle direction de l'université n'aura pas démissionné".