A la barre, les survivants de l'attentat de Charlie Hebdo racontent leur cauchemar

La dessinatrice Coco au procès des attentats de Charlie Hebdo
La dessinatrice Coco au procès des attentats de Charlie Hebdo Tous droits réservés AFP
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Attentat de Charlie Hebdo : la dessinatrice Coco qui a ouvert aux terroristes sous la menace d'une kalachnikov a été l'une des premières à témoigner dans ce procès qui doit durer jusqu'à mi-novembre.

PUBLICITÉ

Le procès des attentats de janvier 2015 entame l'un de ses moments les plus forts, avec le témoignage des survivants de la tuerie à Charlie Hebdo. La veuve de Frédéric Boisseau a raconté d'abord la longue attente avant la nouvelle de la mort de son mari, Frédéric était un agent de maintenance de 42 ans, abattu dans la loge de la concierge, et première victime des frères Kouachi.

J'ai avancé vers le code et je l'ai tapé

Les personnes épargnées ce 7 janvier 2015 au siège du journal satirique ont témoigné ensuite, notamment la dessinatrice Coco, qui a ouvert la porte aux terroristes sous la menace d'une kalachnikov :

"Ils m'ont dit : 'on veut Charlie, on veut Charb'. J'étais dévastée, comme dépossédée de moi, je n'arrivais plus à rien. J'ai avancé vers le code et je l'ai tapé (...). Je sentais que les terroristes approchaient de leur but, je sentais une excitation à côté de moi."

Ce mercredi, ce sera le tour de ceux qui ont été blessés dans leur chair : le directeur de la publication de Charlie Hebdo Laurent Sourisseau, dit Riss, le webmaster Simon Fieschi, gravement blessé à la moelle épinière, et le journaliste Fabrice Nicolino.

Janvier 2015, les attentats qui ont fait 17 morts

Ce 7 janvier 2015, l'attentat de Charlie Hebdo a été le premier à ensanglanter la France dans cette année noire, faisant 12 morts, suivi le lendemain par le meurtre d'une policière municipale à Montrouge, puis le 9 janvier, par la prise d'otage de l'Hyper Casher, qui a coûté la vie à quatre personnes.

Ce sont 14 complices présumés des trois auteurs de ces attaques qui sont jugés jusqu'au 10 novembre dans ce procès historique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La France affirme que la Russie a menacé d'abattre des avions français au-dessus de la mer Noire

Hommage : Missak Manouchian et son épouse Mélinée reposent désormais au Panthéon

Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le salon de l'Agriculture