DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : Londres instaure une "règle des 6" pour limiter les rassemblements

euronews_icons_loading
Coronavirus : Londres instaure une "règle des 6" pour limiter les rassemblements
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Comme ailleurs en Europe, le nombre de nouvelles contaminations est en nette hausse en Grande-Bretagne : près de 3000 nouveaux cas de Covid-19 quotidiens ces derniers jours.

Le gouvernement s'efforce d'élargir le nombre de tests de dépistage.

Et dans le même temps, il a durci les restrictions, notamment pour les rassemblements.

Depuis lundi, c'est la "règle des 6" qui s'applique : interdiction de se réunir à plus de six , à l'intérieur comme à l'extérieur. Cette règle interdit de fait les grandes réunions de famille ou les fêtes d'anniversaire d'enfants...

Cela vaut sur le territoire anglais mais pas au Pays de Galles, ni en Écosse. La population a parfois du mal à s'y retrouver dans les consignes, vu que cela change d'une région à l'autre.

Les exceptions à la "règle des 6"

Et puis il y a des exceptions à cette règle des 6. Certaines semblent assez logiques : les enfants dans les écoles par exemple, ou les employés sur leur lieu de travail.

Une exception est accordée aux activités sportives organisées.

Et c'est ainsi que la chasse au tétras (appelée "grouse" au Royaume-Uni) est autorisée. Cela réunit des groupes placés en ligne tirant en l'air pour abattre ces oiseaux sauvages. C'est une activité prisée d'une partie des élites britanniques. La faveur accordée à cette activité parait curieuse, et fait débat dans l'opinion publique.

Réactions dans un parc londonien

« Pourquoi cette règle des 6 ? Pourquoi pas 8 ou 10 ?», s'interroge un homme.

« Ça a du sens si ça permet effectivement de réduire les contacts entre les gens », ajoute un père de famille.

« Si cela peut nous éviter un re-confinement, alors c'est bien. C'est un peu pénible, mais c'est sans doute nécessaire », commente une jeune femme.

D'autres questions demeurent concernant la gestion de la crise par le gouvernement. Il y a notamment la question des tests, en quantité apparemment insuffisante.

Le ministre de la Santé a dû reconnaître que la situation était délicate : de plus en plus de monde veut se faire tester, le nombre de personnes infectées augmentent. Et l'hiver approche...