DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Juan Guaidó : la torture a lieu "en ce moment-même" au Venezuela - Interview exclusive

euronews_icons_loading
Juan Guaidó : la torture a lieu "en ce moment-même" au Venezuela - Interview exclusive
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Une farce, c'est ainsi que Juan Guaidó, président auto-proclamé du Venezuela, qualifie les élections voulues le 6 décembre par son rival au pouvoir, Nicolas Maduro. Mais l'opposition vénézuélienne reste divisée. Une partie des opposants, emmenés par le président de l'Assemblée Nationale, veut boycotter ce scrutin.

C'est sur ce sujet que Juan Guaidó a accordé une interview à Euronews.

Ana Buil, de notre rédaction espagnole :
Qu'avez-vous à proposer pour empêcher que l'opposition ne perde le contrôle de l'assemblée nationale ?

Juan Guaidó :
Le processus lancé par la dictature pour le 6 décembre est désormais vaincu diplomatiquement, internationalement et aussi politiquement au Venezuela. Il est ignoré par l'Union européenne, par l'Organisation des Etats Américains et par 27 partis d'opposition sur 37 qui font partie de l'alternative démocratique au Venezuela. L'intention de la dictature est d'usurper le pouvoir législatif comme elle a tenté de le faire en créant l'Assemblée nationale constituante. Notre intention est de parvenir à une solution politique au conflit au Venezuela.

Lorsqu'on lui demande s'il aimerait voir Maduro sur le banc des accusés de la Cour Pénale Internationale, après qu'un rapport de l'ONU l'a accusé de possibles crimes contre l'humanité, Guaidó déclare que la justice internationale est l'un des mécanismes qui peut mettre fin à la dictature. "J'aimerais pouvoir aller plus vite pour sauver des vies", ajoute t-il.

Juan Guaidó :
Ce rapport de l'ONU qui dénonce Nicolas Maduro pour crimes contre l'humanité ne concerne pas un régime du passé. Ce qui est tragique, c'est que cela se produit en ce moment-même. Pendant que nous parlons, il y a des gens qui sont torturés dans des cellules à la Direction générale du renseignement militaire. Il y a des prisonniers militaires à qui on envoie de l'électricité dans les organes génitaux, il y a des femmes qui ont été forcées de se faire avorter dans les prisons et il y a des assassinats politiques en ce moment au Venezuela.