DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : pourquoi est-ce si long de développer un vaccin ?

euronews_icons_loading
Pourquoi cela prend-il autant de temps de développer un vaccin ?
Pourquoi cela prend-il autant de temps de développer un vaccin ?   -   Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

L'horizon probable annoncé pour un vaccin contre le nouveau coronavirus est au mieux le deuxième semestre 2021, voire 2022. Cela paraît long mais à l'échelle d'un vaccin, c'est extrêmement rapide.

Il faut en moyenne entre 10 et 14 ans de recherche pour développer un vaccin. Le vaccin le plus rapidement réalisé est celui des oreillons ; Il a fallu 10 ans avant sa mise sur le marché.

Respecter un délai de dix ans pour produire un vaccin, c'est s'assurer que ce dernier est sûr. Les chercheurs s'assurent de ses effets dans le temps, testent et contrôlent chacune des quatre grandes étapes du développement.

Actuellement environ 200 vaccins contre le coronavirus sont en cours de développement. Au 1er octobre ¨[et en augmentation par rapport à la date de tournage de notre vidéo] :

  • 142 en sont au stade des tests précliniques,
  • 35 en phase I des tests cliniques,
  • 19 en phase II,
  • 11 en phase III ;

Pour mieux comprendre, rappelons ce qu'est un vaccin.

De la vaccine au vaccin : une histoire de vaches...

Notre corps est un milieu idéal pour accueillir les microbes infectieux. Leur reproduction peut générer des symptômes avant que le corps n'arrive à créer des anticorps. Un vaccin imite la maladie qu'il vise pour que votre corps produise ces anticorps avant que vous ne développiez des symptômes de la maladie. Le vaccin contient un virus ou une bactérie, mort ou vivant, dont la force a été atténuée ou inactivée. On appelle cet élément l'antigène du vaccin.

Ce principe a été découvert en 1796. La variole ravage alors des villes entières en Europe. Le médecin britannique Edward Jenner, qui travaille dans les campagnes, observe qu'une maladie bénigne des vaches, la vaccine, est proche de la variole. Or, étrangement, les fermières en contact avec ces animaux ont des cloques sur les mains, mais ne contractent pas la variole.

Edward Jenner décide de prélever le pus d'une fermière contaminée par la vaccine. Il injecte le pus au fils de son jardinier. Puis il tente de l’infecter avec la variole et constate que le garçon ne contracte pas la maladie. Edward Jenner ne développe pas ce principe au-delà du traitement de la variole. Le nom en revanche reste : vacca, vache en latin, qui a donné vaccine, qui a donné vaccination. Près de 100 ans plus tard, en 1885, Louis Pasteur teste à son tour le principe des agents atténués. C'est ainsi que l'on dit qu'Edward Jenner a découvert la vaccination mais que Pasteur a développé les vaccins.

Le parcours de développement d'un vaccin s'est depuis standardisé et compte trois grandes phases.

Des années de phases de développement pour assurer la sécurité du vaccin

Tout commence par la recherche, la phase exploratoire. Il s'agit alors de comprendre la maladie, identifier ses protéines, la séquencer, trouver l'antigène. Cela peut prendre des années. Pour le VIH par exemple, cette phase n'est toujours pas finie plus de 30 ans après la découverte de la maladie.

Puis vient la phase pré-clinique, celle des premiers tests sur des cellules de culture ou des animaux. Les scientifiques cherchent alors à répondre aux questions :

  • Innocuité : quelle dose administrée sans toxicité pour le corps ?
  • Quelle tolérance au produit ?
  • Immunogénicité : quelle efficacité en termes de réponse immunitaire ?

Puis viennent les tests sur des humains : ce sont les trois phases des tests cliniques. Ceux-ci sont menés selon le principe scientifique des tests randomisés contrôlés : le vaccin est testé sur un groupe dit expérimental qui reçoit le vaccin ainsi que sur un groupe dit contrôle qui reçoit un placebo. Les patients sont placés de manière aléatoire dans un groupe ou l'autre sans savoir dans lequel ils se trouvent.

Tests cliniques, phase I, 1 an à 2 ans

Entre 10 et 100 adultes volontaires en bonne santé se voient injecter le vaccin testé. Cette phase dure entre un et deux ans. Les chercheurs testent toujours l'innocuité, la tolérance et l'immunoginicité.

Tests cliniques, phase II, 2 ans à 5 ans

Le vaccin est injecté à plusieurs centaines de volontaires aux profils variés. Cette phase dure entre deux et cinq ans. Les chercheurs testent les effets secondaires récurrents, la dose optimale, la réponse immunitaire et la durabilité de la protection.

Tests cliniques, phase III, 3 ans à 5 ans

Le vaccin est injecté à des milliers de volontaires. Cette phase dure entre trois et cinq ans. Cette phase cherche à évaluer le rapport bénéfices / risques tout en continuant à évaluer l'efficacité du vaccin.

Après une dizaine d'années de recherche, le passage à la production du vaccin

A l'issue des phases de test, le vaccin doit encore être approuvé par les autorités de santé européennes et/ou nationales. Ensuite seulement le vaccin peut être produit.

Et pour le SAR-Cov-2 la mise en production devra être faite à très grande échelle, des centaines de millions de doses seront nécessaires. Il faut avoir les capacités industrielles de le faire et des matières premières disponibles.

La chaîne de production peut prendre entre 6 et 36 mois. Elle compte onze étapes plus ou moins longues de la production, la récolte et la purification des antigènes, l'assemblage et la formulation, c'est-à-dire l'ajout de conservateurs, de stabilisateurs et/ou adjuvants pour booster l'efficacité, jusqu'au remplissage des flacons et seringues puis l'emballage et la distribution.

Des contrôles et tests qualité, à la fois par le producteur du vaccin et par les autorités de santé, sont menés pour chaque lot. Au final, 70% du temps de production est passé au contrôle du produit. Sanofi, par exemple, annonce effectuer 1200 tests sur ses vaccins. Si le lot est considéré comme conforme, le lot est libéré et peut être distribué. Les vaccins sont alors transportés, à froid, entre 2 et 8 degré, jusqu'aux pharmacies, hôpitaux et médecins.

Et voilà comment une douzaine d'années s'écoule entre la phase exploratoire et l'arrivée du vaccin en pharmacie. Comment imaginer alors que le temps de développement du vaccin contre la Covid-19 puisse être contracté à 18 voire même 12 mois sans compromettre la sécurité des patients ? C'est tout le débat qui agite la communauté médicale actuellement.