DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Haut-Karabakh : l'Arménie se dit prête à dialoguer

euronews_icons_loading
Haut-Karabakh : l'Arménie se dit prête à dialoguer
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Au sixième jour consécutif de combats, les plus meurtriers depuis des années dans le Haut-Karabakh, l'Arménie entrouvre la voie du dialogue.

Dans un communiqué, la diplomatie arménienne se dit prête à s'engager « avec les autres pays coprésidant le groupe de Minsk de l'OSCE pour rétablir un cessez-le-feu basé sur les accords de 1994-1995 ».

Côté azerbaïdjanais, la réponse est ferme. Pour Bakou, seul un retrait arménien du Haut-Karabakh pourra faire taire les armes.

« Si l'Arménie veut voir la fin de cette escalade de la situation, la balle est dans son camp, martèle Hikmet Hajiyev, un conseiller présidentiel. L'Arménie doit mettre fin à l'occupation. Assez, c'est assez. »

Jeudi, Emmanuel Macron, Donald Trump et Vladimir Poutine on tous trois lancé un appel à la trêve au nom du groupe de Minsk, ce groupe qui avait été constitué dans les années 90 pour jouer les médiateurs après une guerre sanglante.

Depuis, guère de progrès. Le Haut-Karabakh, territoire peuplé en majorité d'Arméniens, ayant fait sécession de l'Azerbaïdjan, vit au rythme des heurts sporadiques.

Mais les combats en cours depuis dimanche sont les plus meurtriers depuis des années. Très parcellaires, les bilans font état de près de 200 morts de part et d'autre, parmi eux des civil, car des zones densément peuplées sont pilonnées.