DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Parlement européen veut rendre obligatoire un mécanisme de défense de l’Etat de droit

euronews_icons_loading
Le Parlement européen veut rendre obligatoire un mécanisme de défense de l’Etat de droit
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Quatre groupes du Parlement européen ont présenté une position commune pour demander à l'Union européenne un engagement fort en faveur de l'Etat de droit lors du versement des fonds européens. L'eurodéputé Manfred Weber qui dirige le premier groupe politique au Parlement, le Parti populaire européen, a répondu aux questions d’Euronews.

Euronews :

"N'avez-vous pas peur qu'au bout du compte ce soit le Parlement européen qui finisse par bloquer l'ensemble de la stratégie de relance de l'Union européenne?"

Manfred Weber eurodéputé (PPE) :

"On ne peut pas envisager et penser l'économie sans réfléchir à nos valeurs. A l'échelle européenne nous allons dépenser 2 000 milliards d'euros. Des fonds très importants sont en jeu. Nous pensons que cet argent doit être dépensé de façon ordonnée. Cela veut dire qu'il faut une liberté de la presse pour vérifier si au niveau local les autorités dépensent l'argent sans soupçon de corruption. Il faut une justice indépendante qui garantisse que tout puisse être suivi par les juges. Ce sont les principes fondamentaux de l'Europe et nous devons les défendre".

Euronews :

"Sans un engagement fort en faveur de l'Etat de droit vous vous opposerez au plan de relance?"

Manfred Weber :

"Il n'y aura pas de budget européen à long terme et de fonds de relance sans mécanisme obligatoire sur l'Etat de droit. C'est un message clair au Conseil."

Euronews :

"La Pologne et la Hongrie estiment que le principe de l'Etat de droit est utilisé comme une arme politique contre les gouvernements conservateurs. Etes-vous d'accord?"

Manfred Weber :

"Je pense que par le passé les partis de gauche à l'échelle européenne ont fait des erreurs parce qu'ils employaient le principe général de l'Etat de droit pour des raisons de positionnement politique. Il faudrait que les politiciens arrêtent de se prononcer sur l'Etat de droit pour laisser la place aux juges. C'est aux autorités indépendantes de dire si l'Etat de droit est sous pression ou non dans l'Union."

Euronews :

"Votre discours sur l'Etat de droit est-il crédible alors que par le passé vous avez souvent défendu les politiques de Viktor Orban ici au Parlement?"

Manfred Weber :

"Je n'ai jamais défendu les développements problématiques en Hongrie. Mon parti et moi-même avons voté pour le déclenchement de l'article 7 contre la Hongrie dès le début au moment où la Parlement européen a initié la procédure. Pour moi tout est clair, nous devons être ferme".