DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Aube Dorée, de l'ascension à la chute

euronews_icons_loading
Aube Dorée, de l'ascension à la chute
Tous droits réservés  Кадр из репортажа Euronews
Taille du texte Aa Aa

L'entrée du parti Aube Dorée au parlement grec en 2012 a d'abord été vu comme la conséquence d'une colère populaire, provoquée par la crise financière et migratoire. Mais cela n'était qu'en partie vrai.

Dès son élection, le leader de la formation, Nikos Mihaloliakos, montre rapidement le vrai visage d'Aube Dorée : "Nous sommes les graines de la défaite de 1945. C'est ce que nous sommes : les nationalistes, les national-socialistes, les fascistes !"

Mais sept ans plus tard, alors que Nikos Mihaloliakos et de nombreux dirigeants du parti néonazi sont impliqués dans un vaste procès, Aube Dorée a perdu tous ses sièges parlementaires.

Pour l'avocat de la partie civile, Thanasis Kampagiannis, ce procès, ainsi que les événements qui l'ont précédé, ont déchiré le masque de respectabilité qu'avait un temps affiché Aube Dorée. "La société grecque a été transformée par cette procédure. Elle a beaucoup appris. Elle a compris le rôle que le racisme et la xénophobie ont joué dans la création de cette organisation fascistes et nazi. On peut dire que les abeilles ont gagné contre les loups", estime l'avocat.

Galvanisés par la présence de députés d'Aube Dorée au parlement, les partisans ont multiplié les attaques verbales et physiques , contre des migrants, des opposants politiques, des journalistes et des militants de gauche. Le parti a toutefois toujours déclaré qu'il s'agissait d'actes isolés, et non d'une organisation centralisée.

Mais en septembre 2013, le rappeur antifasciste Pavlos Fyssas décède après avoir été poignardé. Son assassin, un cadre du parti Aube Dorée, avoue le crime.

"Le meurtre de ce musicien antifasciste est devenu le point de départ de toute l'accusation, explique Eleftheria Kamandou, une journaliste membre de la surveillance d'Aube Dorée . Le mouvement antifasciste a été impliqué assez intensément, plus qu'il ne l'avait été lors des incidents passés. Les autorités ont également été plus rapides à agir et la pression contre le gouvernement a été plus forte. Dans toutes ces circonstances, le système a fini par fonctionner".