DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'économie européenne toujours à la peine

euronews_icons_loading
L'économie européenne toujours à la peine
Tous droits réservés  Richard Drew/AP
Taille du texte Aa Aa

Raviver une économie espagnole minée par la pandémie de coronavirus : c'est l'ambition du plan de relance de 140 milliards d'euros présenté par le gouvernement espagnol. Des fonds européens qui seront injectés sous forme de subventions et de prêts. Principaux secteurs ciblés : la transition écologique et le numérique.

« Nous voulons que cela génère un impact supplémentaire sur notre produit intérieur brut de plus de 2,5 % annuels au cours des trois prochaines années, a expliqué le Premier ministre Pedro Sanchez, et nous voulons créer plus de 800 000 nouveaux emplois au cours des trois prochaines années. »

La France, deuxième économie de la zone euro, a, elle, déjà annoncé un plan de relance de 100 milliards d'euros le mois dernier. Mais les résultats tarderont à se concrétiser, et en attendant, le rebond post-confinement plafonne avec le regain de l'épidémie et les nouvelles mesures de restriction. La présidente de la Banque centrale européenne n'en reste pas moins optimiste.

« Les mesures que nous avons prises depuis le début de cette crise dévastatrice ont considérablement contribué à faciliter les conditions financières et à restaurer et préserver la capacité d'absorption des chocs de notre système financier tout entier, a tenté de rassurer Christine Lagarde. En parallèle avec les actions décisives prises par les gouvernements de la zone euro, elles ont créé les conditions pour que les banques et les marchés de capitaux puissent soutenir et alimenter la reprise économique. »

Le secteur de la restauration est l'un des plus touchés en France. Il a essuyé quelques 35 % de pertes durant les huit premiers mois de l'année.