DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

BD : « L’Odyssée d’Hakim ramène l’histoire des réfugiés à une échelle humaine », Fabien Toulmé

Access to the comments Discussion
Par Cyril Collot
Couverture du premier tome de L'Odyssée d'Hakim et portrait de son auteur Fabien Toulmé en 2014
Couverture du premier tome de L'Odyssée d'Hakim et portrait de son auteur Fabien Toulmé en 2014   -   Tous droits réservés  Fabien Toulmé / Delcourt | François Guillot / AFP
Taille du texte Aa Aa

Le dessinateur et scénariste français évoque avec tendresse sa trilogie qui suit le périple d’un migrant syrien de Damas jusqu’à Montpellier. Une ode à la tolérance et à l’ouverture.

Cyril Collot, Euronews :
Fabien Toulmé, est-ce vrai que ce projet est né d’une réflexion sur le traitement de l’actualité par les chaînes d’information en continu ?

Fabien Toulmé :
La répétition d’une information peut parfois jouer en sa défaveur, et offrir un bruit de fond sur les plus grandes tragédies de la planète. En 2015, le crash de l’avion de la Germanwings a été pour moi un détonateur. Dès les premières images, je me suis identifié aux victimes. A ma grande surprise, je me suis senti beaucoup moins concerné par l’annonce, le même jour, en une phrase et quelques chiffres, de la mort de nombreux migrants en Méditerranée. A l’époque, cette tragédie semblait traitée uniquement d’un point de vue politique ou économique. Il y avait très peu de place pour l’humain dans les reportages. C’est comme ça que m’est venue l’idée d’une bande dessinée. J’étais parti sur une série de portraits, mais j’ai préféré me consacrer à un parcours de vie. Celui d’un Syrien que j’ai rebaptisé Hakim.

Euronews :
Quel message transmet « L’Odyssée d’Hakim ? »

Fabien Toulmé :
Elle ramène l’histoire des réfugiés à une échelle humaine. Les trois tomes ne proposent pas une analyse de la situation. C’est le regard d’un homme face à une situation inédite qui le pousse à aller de l’avant et à se surpasser. Son parcours ne se limite pas à la traversée de la Méditerranée, comme on nous l’a souvent montré dans les médias, c’est une lente progression. Il y a une multitude d’obstacles à surmonter dans les pays traversés (1) : les centres de rétention en Europe, le business dégoûtant autour des migrants, les mafias et tous ceux qui tentent de profiter de la détresse de ces gens. Dans cette errance, il y a aussi des moments fugaces de joies, de belles rencontres et des histoires d’amour. Hakim a rencontré sa future femme durant son périple. Ils ont d’ailleurs dû se marier dans une pizzeria car on ne loue pas de salle de cérémonie à un migrant ! Ce parcours n’est pas qu’un drame : il y a l’exil, bien sûr, mais aussi la reconstruction d’un homme.

Euronews :
Qu’est ce qui fait d’Hakim un héros ?

Fabien Toulmé :
C’est une personne qui se découvre héros au fil de l’histoire. Hakim a une capacité de résilience exceptionnelle et, malgré les difficultés, il garde un cap et le respect de l’autre. La scène où toutes les familles se pressent pour monter dans des canots de fortune pour traverser la Méditerranée en est un parfait exemple : alors que la panique règne autour de lui et que beaucoup de gens perdent leur sang-froid, Hakim garde son sens de l’éducation et son attention pour les autres.

Euronews :
Quelle est selon vous la force de cette trilogie ?

Fabien Toulmé :
Je sais très bien qu’une BD ne va pas changer la vie des réfugiés. Mais avec un crayon et un papier, on est quand même capable de faire passer des messages. Après avoir lu « L’Odyssée d’Hakim », des gens ont décidé de venir en aide aux réfugiés et d’autres ont changé leur regard sur ces personnes qu’ils croisaient dans la rue ou voyaient dormir sous un pont !
On vit dans une société ultra-connectée, mais on ne connaît parfois même pas son voisin. C’est aussi l’un des intérêts du livre : apprendre à écouter des personnes qui n’ont pas souvent la parole. En cela la BD a un pouvoir énorme : collecter des histoires et des témoignages pour retranscrire des destins fantastiques.

Euronews :
Quelles sont les dernières nouvelles d’Hakim et de sa famille ?

Fabien Toulmé :
En arrivant en France, il s’imaginait repartir en Syrie. Mais la situation actuelle et le retour de Bachar el-Assad lui a fait changer d’avis. Il a désormais un projet de restaurant syrien. Et sa famille se plaît de plus en plus en Europe.

L’Odyssée d’Hakim (Tome 1, 2 et 3) est publiée en langue française aux Éditions Delcourt. Elle a été également traduite en polonais et portugais. Elle sera bientôt disponible en langue anglaise, italienne et turque.

(1) Parti de Syrie, Hakim a traversé la Turquie, la Grèce, la Macédoine, la Serbie, la Hongrie, l’Autriche et la Suisse avant d’arrive en France.