DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

QAnon : Unreported Europe revient sur cette mouvance conspirationniste pro-Trump

euronews_icons_loading
QAnon : Unreported Europe revient sur cette mouvance conspirationniste pro-Trump
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

QAnon, mouvance conspirationniste pro-Trump, a gagné du terrain ces derniers mois aux États-Unis mais aussi en Europe où elle s'est développée au fil de la pandémie de Covid-19.

Les premières bannières QAnon sont apparues dans l'Union européenne lors des manifestations contre les restrictions imposées à la population pendant la crise sanitaire.

QAnon est un mouvement d'extrême droite qui défend l'idée que le président américain Donald Trump mènerait une guerre secrète contre une secte libérale mondiale composée de pédophiles satanistes. Né sur les réseaux sociaux en 2017, il a gagné en popularité au gré de publications massivement partagées sur Facebook et Instagram.

Des affirmations sans fondement mais qui se diffusent largement au niveau mondial. L'organisation NewsGuard qui évalue la fiabilité des sites d'information nous en explique les raisons.

"C'est une sorte de méta-conspiration qui englobe beaucoup d'idées différentes, des théories qui sont très facilement transposables. L'idée d'avoir un État profond dirigé par les élites mondiales et travaillant contre les sauveurs, est très facilement traduisible : pour les Français, il s'agira de décrire Emmanuel Macron comme un pion de l'État profond ; pour les Allemands, ce sera Angela Merkel qui sera présentée comme marionnette de l'État profond", explique Chine Labbe, rédactrice en chef de NewsGuard.

Le terme QAnon est une contraction de "Q" et "Anon", pour "anonymous". Derrière ce "Q" se cacherait un haut-fonctionnaire de l'administration Trump, ou une figure du renseignement militaire qui a commencé à poster des messages sur le forum anonyme 4Chan en 2017.

Selon NewsGuard, QAnon compterait jusqu'à plusieurs millions de supporters en Europe.

"La croyance en les théories du complot peut conduire à la violence, et peut être un multiplicateur de radicalisation. En Allemagne, nous savons que 25 % de ceux qui ont cette croyance en la conspiration disent qu'ils seraient prêts à utiliser la violence pour atteindre leurs objectifs", souligne Pia Lamberty, psychologue social.

Le mouvement QAnon est notamment soutenu par plus de vingt candidats républicains qui se présentent au Congrès.

L'intégralité du reportage réalisé par notre consœur Monica Pinna est à retrouver dès vendredi soir dans Unreported Europe sur notre chaîne Euronews et sur euronews.com