DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les huit Etats que Trump et Biden doivent gagner pour être élu président des Etats-Unis

Des électeurs aux urnes à l'hôtel de ville de Boston lors du vote anticipé, le 26 octobre 2020
Des électeurs aux urnes à l'hôtel de ville de Boston lors du vote anticipé, le 26 octobre 2020   -   Tous droits réservés  Elise Amendola/AP
Taille du texte Aa Aa

"Swing States", "Battleground States", "États-clés" ou encore "États-pivots" en français... Dans la course aux grands électeurs qu'est l'élection présidentielle américaine, certains Etats attirent particulièrement l'attention — et une partie considérable des moyens — des candidats Joe Biden et Donald Trump, ainsi que le regard des sondeurs et observateurs désireux de prédire le résultat du vote du 3 novembre prochain.

Ces Etats sont "très convoités par les prétendants à la Maison Blanche, car une victoire dans ces États décide, de manière quasi inéluctable, de l’issue du scrutin" rappelle Frédéric Robert, Maître de Conférences HDR en civilisation américaine à l'Université Jean Moulin Lyon 3 et spécialiste de l'Histoire politique des Etats-Unis.

"Compte tenu du fait que la réalité culturelle américaine ne peut se transposer à la réalité française, des périphrases apparaissent également pour en rendre la complexité lexicale," explique le professeur qui a publié un article de recherche sur le sujet. Des périphrases qui traduisent bien l'enjeu et le poids que pèsent ces Etats en terme de grands électeurs : "Les États où va se jouer l’élection présidentielle", "Les États dont le vote sera déterminant dans la course à la Maison-Blanche", ou "Les États qui peuvent faire basculer le vote et le résultat de l’élection".

Euronews
Couverture spéciale élections américaines 2020Euronews
Retrouver notre dossier sur la présidentielle américaine

Pour devenir le prochain président, un candidat doit recevoir la majorité absolue des votes du collège électoral — 270 voix soit la moitié plus un des 538 grands électeurs. En 2016, Hillary Clinton, alors candidate démocrate, avait fini par perdre de justesse trois Etats-clés qui lui étaient nécessaires pour gagner : le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin. "Par conséquent, il s’agit pour Biden, de les conquérir à nouveau, et pour Trump, de ne pas les perdre et de garder les autres !"

Quels sont les Etats-clés pour l'élection présidentielle américaine de 2020 ?

"Pourquoi s’escrimer à quadriller un Etat que l’on va gagner ou que l’on est quasiment certain de perdre !?", questionne Frédéric Robert ,"la Californie votera démocrate et le Texas votera républicain… les intérêts sont donc ailleurs pour les deux partis".

Pour l’élection de 2020, le professeur identifie huit Etats-clés. Les voici :

L'Arizona

Cet Etat désertique du sud-ouest des Etats-Unis et ses 11 grands électeurs ont été remportés par Donald Trump en 2016 avec 3,5% d'avance sur Hillary Clinton. Etat frontière avec le Mexique, près d'un tiers de sa population est composé de membres de la communauté hispanique et pour 5% d'Amérindiens. Parmi les facteurs qui peuvent jouer pour l'élection, une population importante de retraités menacés par la pandémie de Covid-19 et l'héritage politique de John McCain. Cet ancien candidat républicain à la présidentielle de 2008 a été sénateur de l'Arizona pendant plus de 31 ans et l'un des plus vifs critiques de Donald Trump. Le président n'a d'ailleurs pas été invité aux funérailles du sénateur, un souhait du défunt, mort le 25 août 2018.

Selon le site d'analyse de sondages FiveThirtyEight, Joe Biden devance Donald Trump de près de 3 points, selon une moyenne de sondages effectués dans l'Etat.

La Caroline du Nord

L'une des treize colonies originelles du pays et ancien Etat du Sud confédéré, la Caroline du Nord a vu Donald Trump gagner en 2016 de 3,6% sur Hillary Clinton, et remporter ainsi ses 15 grands électeurs. Depuis la présidentielle de 2000, Barack Obama a été le seul démocrate à remporter l'Etat — une seule fois et de justesse, en 2008. Le vote de la communauté afro-américaine va jouer un rôle important : plus de 22% de la population de la Caroline du Nord est issue de cette communauté. Idem pour les protestants évangéliques. Très croyants et traditionnellement conservateurs, ils forment 35% de la population de l'Etat (une partie sont Afro-américains, il existe donc un recouvrement entre les deux).

Selon le site d'analyse de sondages FiveThirtyEight, Joe Biden y devance Donald Trump de 2,5 %, selon une moyenne de sondages effectués dans l'Etat.

La Floride

Sans doute le plus célèbre des Etats-clés, la Floride et ses 29 grands électeurs a été remportée par George W. Bush en 2000, malgré une grande confusion, puis en 2004, ensuite par Barack Obama en 2008 et 2012. Donald Trump a remporté les 29 grands électeurs de l'Etat avec 1,2% d'avance sur Hillary Clinton en 2016. Aujourd'hui, un habitant sur cinq a 65 ans ou plus ; la pandémie de Covid-19 et sa gestion par le gouvernement Trump va donc vraisemblablement peser sur les résultats du scrutin. Autre facteur, une population d'une grande diversité raciale et linguistique, avec une importante communauté hispanique (26% de la population), dont une grande partie d'origine cubaine, afro-américaine (17% de la population) et 20% d'habitants nés à l'étranger, ainsi que 30% de foyers parlant une autre langue que l'anglais à la maison, selon le US Census.

Selon le site d'analyse de sondages FiveThirtyEight, Joe Biden devance Donald Trump de 2,4 points, selon une moyenne de sondages effectués dans l'Etat, et l'écart se resserre rapidement depuis début octobre.

La Géorgie

Cet Etat du sud, et ses 16 grands électeurs, pourrait bien être un nouvel Etat-clé surprise en 2020. Remporté par Donald Trump avec 5% d'avance sur Hillary Clinton, les choses sont beaucoup plus serrées aujourd'hui, notamment en raison de l'évolution démographique de l'Etat (+ 9,6% d'habitants entre 2010 et 2019), la croissance des banlieues d'Atlanta et une population diverse (32,6% d'Afro-américains, presque 10% d'Hispaniques). Historiquement, l'Etat n'a pas été remporté par un candidat démocrate à la présidentielle depuis Bill Clinton en 1992. Du changement en 2020 ? "Possible, mais étonnant malgré tout ! Certains sondages donnent Biden en tête (51-47), d’autres prédisent un combat serré" explique le professeur Frédéric Robert. "En 2016, Trump avait remporté cet Etat avec environ 2.1 millions de voix contre 1.9 pour Hillary Clinton. Je prédis une Géorgie rouge," couleur du Parti républicain.

Selon le site d'analyse de sondages FiveThirtyEight, Joe Biden y devance pourtant actuellement Donald Trump de 1,2 %, selon une moyenne de sondages effectués dans l'Etat.

Le Michigan

Cet Etat du Midwest a été l'une des surprises de 2016, puisque ses 16 grands électeurs sont tombés dans l'escarcelle de Donald Trump qui a battu Hillary Clinton de 10 740 voix, soit 0,2% des suffrages exprimés. Ce fut la victoire la plus serrée de cette élection présidentielle, et l'un des failles dans la "muraille bleue" démocrate qu'Hillary Clinton se devait de gagner pour devenir présidente. Le professeur Robert rappelle qu'historiquement, le Michigan alterne depuis le début des années 1930 : "L'Etat a voté démocrate en 1932 et 1936, puis républicain en 1940, à nouveau démocrate en 1944, puis républicain à trois reprises (1948, 1952 et 1956), puis de nouveau démocrate en 1960, 1964 et 1968, pour changer à nouveau à l’occasion de cinq élections successives (1972, 1976, 1980, 1984 et 1988)puisbasculer à nouveau dans le camp démocrate sans interruption depuis 1992, soit au cours des six dernières élections présidentielles". Ce qui a contribué à la surprise de 2016 a été le discours de Donald Trump anti-statu-quo, qui a séduit une partie de l'électorat blanc de la Rust Belt, ancienne région industrielle aujourd'hui en crise.

Selon le site d'analyse de sondages FiveThirtyEight, Joe Biden devance actuellement Donald Trump de 8,3 points, selon une moyenne de sondages effectués dans l'Etat.

Le Minnesota

Si cet Etat des Grands Lacs a voté pour le candidat démocrate à toutes les élections présidentielles depuis 1976 — c'est d'ailleurs le seul Etat remporté en 1984 par Walter Mondale face à Ronald Reagan qui sera réélu triomphalement — Hillary Clinton n'y a devancé Donald Trump que d'une courte tête (1,5%) en 2016. Sources possibles d'inquiétude pour les démocrates, la part de votes reçus par leurs candidats ne cesse de baisser depuis 2008 et, au niveau démographique, le Minnesota a une population plus blanche que le reste du pays : presque 84% contre 76,3% au niveau national. Or, les Blancs sont le principal bloc électoral de Donald Trump qui va compter sur eux pour remporter les 10 grands électeurs de l'Etat.

Selon le site d'analyse de sondages FiveThirtyEight, Joe Biden devance actuellement Donald Trump de 8 points, selon une moyenne de sondages effectués dans l'Etat.

La Pennsylvanie

Cet Etat de la côte Est est une cible de choix pour les candidats grâce à ses 20 grands électeurs. En 2016, Donald Trump y a battu Hillary Clinton par 44 292 voix sur 6,15 millions, soit une marge de 0,72%. Ce fut également l'une des failles dans la "muraille bleue" démocrate qu'Hillary Clinton se devait de gagner pour devenir présidente. Frédéric Robert rappelle que, depuis 1912, l'Etat "a choisi un candidat républicain à 12 reprises et un candidat démocrate à 13 reprises, cette alternance s’étant accélérée et systématisée depuis 1936. Depuis 1992, il vote régulièrement démocrate et de manière assez nette : 54,7% contre 44,3% en 2008 et 52% contre 46,6% en 2012". L'Etat est producteur d'énergie et Donald Trump fait campagne sur le sujet, avançant que Joe Biden souhaite interdire la fracturation hydraulique, ou fracking — la réalité est beaucoup plus nuancée — ce qui affecterait l'industrie locale, en plein boom.

Selon le site d'analyse de sondages FiveThirtyEight, Joe Biden devance actuellement Donald Trump de 5,3 %, selon une moyenne de sondages effectués dans l'Etat et l'écart se resserre depuis la mi-octobre.

Le Wisconsin

En 2016, Donald Trump a battu Hillary Clinton de 22 748 voix, sur près de 3 millions, soit une marge de victoire de 0,7%. Ce fut la troisième faille fatale dans la « muraille bleue » démocrate qu'Hillary Clinton se devait de gagner pour devenir présidente. Auparavant, l'Etat penchait du côté démocrate : il avait choisi ce camp à chaque présidentielle depuis 1988. Point d'inquiétude pour les démocrates cette année, le Wisconsin a une population plus blanche que le reste du pays : 87% contre 76,3% au niveau national. Or les hommes blancs sont le principal bloc électoral de Donald Trump qui va compter sur eux pour remporter à nouveau les 10 grands électeurs de l'Etat.

Selon le site d'analyse de sondages FiveThirtyEight, Joe Biden devance actuellement Donald Trump de 7,1 points, selon une moyenne de sondages effectués dans l'Etat.

Mais, la méfiance doit rester de mise quant aux prédictions. "Comme les précédentes élections ont pu le montrer, d’autres grands perdants des élections peuvent être les instituts de sondage…" rappelle le professeur Robert. "Les élections de 2000 et de 2016 en sont des exemples flagrants, sans compter qu’il est fort à parier qu’il y ait un « vote caché », non assumé pour le président sortant qui pourrait, dès lors, se voir créditer de scores bien plus flatteurs."