DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Joe Biden : la force tranquille centriste de l'Amérique

euronews_icons_loading
Joe Biden : la force tranquille centriste de l'Amérique
Tous droits réservés  Carolyn Kaster/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Son ascension jusqu'au sommet de la politique américaine est à l'opposé de celle de son rival dans ce scrutin présidentiel du 3 novembre aux États-Unis. Joe Biden a gravi lentement, mais sûrement tous les échelons du parti démocrate.

Issu d'une famille modeste de Scranton en Pennsylvanie, ce diplômé en droit a brièvement exercé comme procureur avant de se tourner vers la politique.

Son élection surprise en 1972 a fait de lui, l'un des plus jeunes sénateurs du pays. Point de départ d'une éminente carrière à Washington qui court sur quatre décennies.

Ses débuts ont été marqués par un drame personnel : la mort de sa première épouse et de leur fille de 13 mois dans un accident de voiture, quelques semaines après son entrée au Sénat. Une autre épreuve l'attendra des années plus tard, en 2015 : le décès de son fils Beau atteint d'une tumeur au cerveau.

"Le meilleur vice-président que les États-Unis n'aient jamais connu" d'après Barack Obama

Après l'échec de sa première candidature à l'investiture démocrate pour la présidentielle de 1988, Joe Biden a tenté un nouvel essai vingt ans plus tard avant de se retrouver éclipsé par un adversaire charismatique : Barack Obama qui une fois élu, l'a nommé à ses côtés. "Le meilleur vice-président que les États-Unis n'aient jamais eu" selon le président démocrate.

Infatigable, cet éternel centriste s'est lancé de nouveau dans la course à l'investiture démocrate en vue de la présidentielle 2020 en ayant pour concurrents, toute une série de progressistes.

Après un démarrage hésitant, il a remporté une victoire éclatante sur Bernie Sanders, son principal rival à gauche.

"Un type endormi dans le sous-sol de sa maison" selon Donald Trump

Sur fond de divisions au sein de son parti, Joe Biden a entamé sa campagne sans tarder et il a dû très vite se défendre des accusations de corruption concernant les relations d'affaires de son fils Hunter en Ukraine. Mais ce n'était que l'un des angles d'attaque de ses adversaires républicains.

Présenté comme un otage de la gauche ou encore moqué pour sa prétendue faiblesse, il a aussi été raillé par Donald Trump pour avoir tenu des discours de campagne depuis le sous-sol de sa maison dans le Delaware.

"On a un type endormi dans le sous-sol de sa maison auquel la presse laisse le champ libre," avait dénoncé le président des États-Unis sortant.

Joe Biden a pourtant jeté toutes ses forces dans un débat télévisé très violent face à Donald Trump le 29 septembre.

La constance de l'un, la volatilité de l'autre... Au terme d'une campagne inédite, les électeurs américains devaient départager deux personnalités aux antipodes l'une de l'autre.