DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’Union européenne salue la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine

euronews_icons_loading
L’Union européenne salue la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine
Tous droits réservés  ATTILA KISBENEDEK/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Tous les votes ne sont pas encore dépouillés aux Etats-Unis mais selon les projections Joe Biden est en route vers la Maison Blanche. La plupart des dirigeants européens ont très rapidement salué la victoire du candidat démocrate.

La chancelière allemande, Angela Merkel a souligné que "les Etats-Unis sont et resteront notre allié le plus important, mais ils attendent de nous, légitimement, plus d’effort de notre part en matière de sécurité et pour défendre nos convictions dans le monde". La présidente de la Commission européenne se dit prête à intensifier le dialogue avec Washington. "Nous devrons ensemble répondre à des problèmes urgents et mondiaux : la pandémie de coronavirus et ses conséquences économiques, le changement climatique et la disparition de la biodiversité", précise Ursula von der Leyen.

Alors que les négociations sur le Brexit reprennent cette semaine à Londres, beaucoup s’interrogent sur les conséquences de l’élection présidentielle américaine sur les discussions en cours et sur la relation particulière entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Des interrogations balayées par le Premier ministre britannique. Boris Johnson souligne qu’il y a davantage de points de convergence que de divergence entre les deux pays. "Nous avons des valeurs communes, des intérêts communs, une perspective mondiale commune. Nous avons de nombreux efforts à faire ensemble pour protéger ces valeurs", insiste-t-il.

Le Premier ministre slovène a été plus discret, la semaine dernière il saluait sur twitter la victoire de Donald Trump et relayait les inquiétudes du président sortant concernant les fraudes électorales.

Derrière ces félicitations se cache aussi une forme d’apaisement en Europe de ne pas négocier quatre années de plus avec Donald Trump. Mais les 27 savent aussi que le lien transatlantique ne pourra pas faire machine arrière et qu’il s’agit de lui donner une nouvelle dynamique.