DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

19 nuits de protestations pour la défense du droit à avorter, la police polonaise intervient

euronews_icons_loading
19 nuits de protestations pour la défense du droit à avorter, la police polonaise intervient
Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Depuis 19 nuits consécutives, des Polonaises et Polonais défilent, enragés par une interdiction quasi-totale du droit à avorter.

Le parti au pouvoir, le parti Droit et Justice (PiS), s'est rangé du côté de la puissante église catholique du pays. Si la Pologne disposait déjà de certaines des lois les plus strictes d'Europe en matière d'avortement, la Cour constitutionnelle a jugé que les IVG en cas de graves anomalies du fœtus étaient inconstitutionnelles. Même si la loi n'est pas encore entrée en vigueur, elle n'autorise désormais l'avortement qu'en cas de viol, d'inceste ou de menace pour la vie de la mère.

Julia, étudiante :

"Nous manifestons dans toute la Pologne, à Varsovie, dans tout le pays, et nous n'arrêterons pas tant que le gouvernement ne nous aura pas entendus."

Marta, une femme de 36 ans explique encore :

"Il est important que notre lutte et notre résistance se poursuivent, qu'elle ne s'arrête pas. Aujourd'hui, nous sommes quelques centaines, mais dans deux jours, nous serons peut-être à nouveau 100 000, enfin cela n'a pas d'importance".

Lundi soir, à Varsovie, la police a interpellé des manifestants qui bloquaient une rue de la capitale.

Les protestataires ont été appelés à rester chez eux et à exprimer leur colère sur Internet, le gouvernement ayant interdit les rassemblements publics dans le contexte de la crise sanitaire.

Cette contestation ciblée du pouvoir s'ajoute aux critiques de plus en plus vives sur la gestion gouvernementale de la pandémie.