DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Etats-Unis : les réseaux sociaux sur le gril

euronews_icons_loading
Etats-Unis : les réseaux sociaux sur le gril
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Aux Etats-Unis, le Sénat demande des comptes aux réseaux sociaux pour la deuxième fois en moins d'un mois. Les patrons de Facebook et Twitter, Marck Zuckerberg et Jack Dorsey, devaient être entendus ce mardi par la chambre haute, à majorité Républicaine, pour répondre de leur gestion des informations pendant la présidentielle, fustigée par Donald Trump.

"Nous travaillons avec un certain nombre d'organes indépendants", indique le PDG de Facebook, "qui sont accrédités par le Poynter Institute, notamment Reuters, Associated Press, l'AFP aux Etats-Unis, USA today, Factcheck.org, Science feedback, Politi-fact, Check your fact, Lead stories, et the Dispatch aux Etats-Unis".

De son côté, le patron de Twitter a justifié le signalement de fausses informations par la demande du public.

"Il y a un an", relève-t-il, "le public nous a demandé de contextualiser davantage pour contribuer à rendre plus visibles les informations potentiellement trompeuses. C'est exactement ce que nous avons fait, en ajoutant des des notifications sur plus de 300 000 tweets du 27 octobre au 11 novembre, ce qui représente environ 2,2 % de tous les tweets liés aux élections américaines".

Dans les rangs des Républicains, au Sénat, ceux qui ont convoqué la commission judiciaire accusent les réseaux sociaux de s'être livré à des actes de censure.

Twitter avait été amené à épingler de nombreuses publications jugées mensongères pendant la campagne, mais aussi après les résultats de la présidentielle, notamment celles de Donald Trump qui multipliait les accusations de fraude sans preuves à l'appui.