DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Beaujolais nouveau est arrivé mais avec la pandémie, les difficultés aussi

euronews_icons_loading
Beaujolais nouveau 2020
Beaujolais nouveau 2020   -   Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Le calme et aucune grande célébration à l’horizon : l'ambiance est sacrément nouvelle et inhabituelle pour l'arrivée du beaujolais nouveau cette année. A cause du coronavirus, les festivités du troisième jeudi de novembre ont été annulées et remplacées par des événements virtuels, des drive et des ventes à emporter.

Mais au château de Pierreux, situé non loin de Belleville, en plein coeur du Beaujolais, le vin continue de couler à flot. Et Grégory Large, négociant et fils de vigneron, a des raisons de garder espoir. Pendant longtemps malaimé, le beaujolais nouveau a retrouvé grâce aux yeux des Français depuis quelques années et son arrivée est célébrée aux quatre coins du monde, dans les restaurants notamment. La qualité du vin s’est améliorée, et le vin bénéficie d’un excellent rapport prix abordable.

Euronews
Vignes du beaujolaisEuronews

Le confinement, une aubaine pour la consommation de vins ?

Une aubaine en temps de confinement et de crise économique pour le marché français, qui représente environ 45% des ventes de la Maison Mommessin, qui possède environ 100 hectares sur les coteaux du Beaujolais. "Le confinement a démultiplié les demandes", explique Grégory Large, négociant au sein de la Maison Mommessin. "Les gens se sont retrouvés confinés en famille, ils cherchaient des bons vins avec un bon rapport qualité-prix, entre 6 et 10 euros, ce qui est généralement le positionnement des vins du beaujolais."

Euronews
Château de PierreuxEuronews
Euronews
Maison MommessinEuronews

Autre bonne nouvelle en cette période difficile : selon ce négociant spécialisé dans le marché français, la grande distribution a "globalement maintenu ses commandes" comparé à l'an dernier. Mais le gros point noir reste la fermeture des restaurants, qui coupe les exploitants d'une part importante de leurs débouchées. "Nous perdons quand même 30% de notre potentiel de vente avec la fermeture des restaurants", relève Grégory Large.

Le beaujolais nouveau arrive, les exportations en retrait ?

Si les vignerons peuvent difficilement compter sur les restaurateurs cette année, ils peuvent toujours espérer vendre grâce à la vente à emporter et grâce aux cavistes, autorisés à rester ouverts. C'est plus difficile au niveau des exportations, qui constituent une part importante du marché du beaujolais nouveau et des 11 autres appellations de la région.

En ce qui concerne le Beaujolais nouveau, sur 20 millions de bouteilles vendues en 2019, un tiers l'ont été à l'étranger, en premier lieu aux Etats-unis, au Japon, puis au Canada et en Europe (Royaume-uni, Allemagne, Suisse...).

Euronews
Vignes de Villié-MorgonEuronews

Mais des crises liées à l'économie, aux conflits ou aux pandémies, la maison Loron en a déjà connu, étant donné son histoire. Cette épopée viticole et familiale a commencé il y a plus de 300 ans. Les vignes de la maison s’étendent sur plusieurs dizaines d’hectares, autour de châteaux et domaines et leurs vins s'exportent dans 60 pays.

Nous partons à présent au château de Bellevue à Villié-Morgon, à la rencontre de Philippe Bardet, qui a repris le flambeau de l’entreprise il y a 4 ans. Près de la moitié de son vin est exporté à l’étranger. Mais cette année, le marché tangue. Si les marchés européens semblent encore faire de la resistance et se portent relativement bien, c'est un peu plus "compliqué" pour les Etats-Unis et le Japon.

"C’est une année compliquée. On a fait du bon vin, mais c’est pas si facile à vendre", explique Philippe Bardet, PDG de la Maison Loron. "Le marché japonais est un gros marché pour nous. C’est un marché qui a tendance à baisser régulièrement, mais cette année il n’est vraiment pas en bonne forme. Donc au Japon, comme aux Etats-Unis et en Angleterre, ce qui va nous pénaliser c’est le fait de ne pas pouvoir célébrer l’arrivée du beaujolais nouveau à l’extérieur, dans les restaurants, ce qui était quand même devenu une habitude."

Du côté des beaujolais nouveaux c’est une baisse des ventes de 25% qui est attendue cette année, marché français et exports compris. Il s'agit d'une tendance, car les chiffres pour les exportations ne seront connus que d'ici à quelques jours. Les viticulteurs espèrent quant à eux limiter la casse avec la consommation des Français depuis chez eux. Une chose est sûre : pour l’avoir goûté, ce premier cru est frais, riche et fruité. Et pour sûr, bien moins amer que le sombre contexte de cette année qui s'achève bientôt.

Maison Loron
EuronewsMaison Loron