DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Hongrie : "une chambre d'amour" pour garder le contact à l'hôpital

euronews_icons_loading
Hongrie : "une chambre d'amour" pour garder le contact à l'hôpital
Tous droits réservés  Rónay Ferenc / Euronews
Taille du texte Aa Aa

En Hongrie, les visites à l'hôpital sont interdites à cause de la pandémie de Covid-19. Des restrictions très dures à vivre pour les familles. A Budapest, cet établissement, spécialisé en cardiologie, a mis en place un dispositif permettant aux malades de garder le contact avec leurs proches. Une pièce, appelée "chambre d'amour", a été spécialement aménagée.

Agnes Szilágyi, peut ainsi revoir à travers une paroi vitrée, son mari qui a été opéré du cœur la semaine dernière. Ils peuvent aussi se toucher, même si c'est à travers un gant. Sans ce dispositif, elle ne l'aurait pas revu avant plusieurs semaines.

"Il va guérir à la maison, entouré de ses proches, et ensuite tout ira bien. Je sais qu'il est fort, il veut guérir, donc on est sûr que tout va bien se passer", dit-elle.

Dans cet hôpital, il ne fait aucun doute que le contact avec les proches est une aide précieuse pour la guérison des patients. "La chambre d'amour" peut-être utile également pour les personnes sortant des soins intensifs. Elle est conçue avant tout pour ceux qui ne peuvent pas rentrer rapidement chez eux et qui ont besoin d'un temps de récupération plus long.

"Cela s'adresse à tous types de patients, ceux souffrant d'insuffisance cardiaque, ceux qui ont subi une chirurgie cardiaque ou vasculaire, qui ont subi une transplantation. Si leur état le permet, ils peuvent venir ici par eux-même, ou alors nous les aidons à descendre dans le hall", explique le directeur de l'Institut national György Gottsegen, Andréka Péter.

"En raison de l'interdiction totale des visites, les proches ne sont pas autorisés à aller dans la zone au-delà de cette porte. La chambre est intégrée au hall d'entrée. Il s'agit d'une initiative unique en Hongrie, mais d'autres hôpitaux se sont dits intéressés et prévoit d'en installer une", conclut notre reporter Olivia Harangozó.