PUBLICITÉ

UE : accord des 27 pour réduire d'au moins 55 % leurs émissions de CO2 d'ici 2030

Centrale au charbon à Gelsenkirchen, Allemagne, le 16 janvier 2020
Centrale au charbon à Gelsenkirchen, Allemagne, le 16 janvier 2020 Tous droits réservés Martin Meissner/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Martin Meissner/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'objectif était précédemment de réduire les émissions de 40 %. L'Europe vise la neutralité carbone en 2050.

PUBLICITÉ

Pour les 27, l'annonce valait bien quelques roulements de tambour : les États ont accepté la proposition de la Commission européenne : réduire collectivement les émissions de gaz à effet de serre, non plus de 40 %, mais de 55 % au moins à l'horizon 2030, le niveau de référence étant celui de 1990. Un objectif plus ambitieux dont s'est félicité Ursula von der Leyen.

« Cela nous place sur la bonne voie pour atteindre la neutralité climatique en 2050 », a twitté la présidente de la Commission.

« L'Europe est le chef de file de la lutte contre le changement climatique », a pour sa part rappelé le président du Conseil européen, Charles Michel.

Greenpeace est moins enthousiaste. L'ONG regrette notamment qu'une partie de l'objectif repose sur l'absorption du carbone par les forêts et que le gaz soit considéré comme une « technologie de transition ».

L'annonce intervient à une période symbolique, la veille du cinquième anniversaire de l'accord de Paris et de son engagement à limiter le réchauffement mondial à 1,5 degrés. Or au sein même de l'Europe, si l'objectif collectif est validé, sa répartition entre pays et ses modalités sont loin d'être réglés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nicola Procaccini : "La prochaine Commission sera de centre-droit"

Grand débat électoral avant les européennes : ce qu'en ont pensé les primo-votants

Ursula von der Leyen laisse la porte ouverte à un accord avec Giorgia Meloni