PUBLICITÉ

Le couscous, à l'Unesco, plante la graine de la réconciliation au Maghreb

Le couscous, à l'Unesco, plante la graine de la réconciliation au Maghreb
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le couscous entre au patrimoine immatériel mondial de l'Unesco. Cette reconnaissance plante la graine d'un rapprochement politique entre la Tunisie, le Maroc, l'Algérie et la Mauritanie.

PUBLICITÉ

C'est sans aucun doute l'un des plats les plus emblématiques de l'Afrique du Nord, et le voilà récompensé par l'Unesco. Le couscous, à base de semoule de blé dur, d'orge ou de maïs, est servi avec légumes, viande ou poisson savamment épicés.

Une recette désormais à l'honneur au patrimoine culturel immatériel de l'organisation des Nations Unies, grâce à la collaboration inhabituelle de l'Algérie, du Maroc, de la Mauritanie et de la Tunisie qui ont ensemble porté le dossier.

Car le couscous, c'est un plat qui pique, pas seulement les papilles mais aussi les sensibilités, chaque pays estimant que sa recette est meilleure que celle du voisin.

"Je pense que l'Algérie a ses particularités, le Maroc a ses particularités, la Tunisie aussi, reconnaît le chef Rabah Ourrad, même si j'aime mon pays l'Algérie et que j'y ai grandi, ces noms et ces divisions sont des créations politiques, on est tous le même peuple et le couscous est maghrébin, il est le nôtre."

Le couscous c'est le plat universel des moments heureux ou tristes, que l'on soit riche, pauvre, en ville ou en campagne. Revisité par les grands chefs, mais jamais aussi bon que préparé par votre maman, le couscous aujourd'hui soulève l'espoir d'un rapprochement politique entre les pays du Maghreb, notamment l'Algérie et le Maroc qui se déchirent sur la question du Sahara occidental.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Îles Canaries face au défi migratoire

Cuisiner au four solaire, un bon geste pour la planète

Le chef de l'armée kényane, le général Francis Ogolla, est mort dans un accident d'hélicoptère