Bruxelles dénonce l'arrestation des militants pro-démocratie à Hong Kong

Des militants pro-démocratie dénoncent l'arrestation de leurs collègues. Hong Kong, le 06/01/2021
Des militants pro-démocratie dénoncent l'arrestation de leurs collègues. Hong Kong, le 06/01/2021 Tous droits réservés AP / Vincent Yu
Par Olivier Peguy avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Union européenne appelle à la libération immédiate des 53 militants pro-démocratie arrêtés à Hong Kong. Bruxelles étudie de nouvelles sanctions contre les autorités hongkongaises.

PUBLICITÉ

L'Union européenne dénonce l'arrestation des 53 militants pro-démocratie à Hong Kong. Ces interpellations ont eu lieu ce mercredi, et découlent de la récente loi sur la sécurité nationale adoptée à Hong-Kong sous la pression de la Chine.

La loi sur la sécurité nationale est utilisée pour écraser la dissidence et étouffer l'exercice des droits de l'homme et des libertés politiques qui sont protégés par la loi fondamentale de Hong Kong, ainsi que par le droit international et les obligations et engagements internationaux de la Chine. Par conséquent, nous, en tant qu'Union européenne, appelons à la libération immédiate des personnes arrêtées.
Peter Stano
porte-parole de la Commission européenne

"Atteinte grave aux droits et aux libertés"

Même tonalité à Londres. Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab fustige une "atteinte grave aux droits et aux libertés". Selon lui, la loi sur la sécurité nationale est "utilisée pour écraser la dissidence et les opinions politiques adverses".

Pour le camp pro-démocratie, ce coup de filet est une réponse du régime aux primaires de l'opposition organisée l'été dernier. Un scrutin qui reflétaient la vigueur du mouvement de contestation populaire des mois précédents.

Lorsque les Hongkongais expriment leurs opinions, que ce soit lors d'élections locales, lors de primaires ou sous d'autres formes, le gouvernement choisit de ne pas les écouter mais de se venger.
Lo-Kin-Hei
président du parti démocratique

L'accord avec Pékin

L'Union européenne étudie la possibilité de nouvelles sanctions contre les autorités de Hong Kong.

Pour autant, Bruxelles va-t-elle risquer de brusquer le géant chinois ? Pas sûr : elle vient de signer avec Pékin un vaste accord pour la protection des investissements.

Un texte critiqué par certains défenseurs de droits de l'Homme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Italie confirme son retrait des Nouvelles routes de la soie

Premier sommet Chine-UE en quatre ans : déséquilibre commercial et Ukraine au menu des discussions

Hong Kong : le plus grand procès de militants pro-démocratie dans la dernière ligne droite