DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : le tour de vis des Etats de l'UE

euronews_icons_loading
Covid-19 : le tour de vis des Etats de l'UE
Tous droits réservés  Christophe Archambault/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Les pays européens donnent un tour de vis, pour tenter d'endiguer le rebond de la pandémie de Covid-19. Le Portugal a décidé de prolongé l'état d'urgence sanitaire, et de mettre en place un couvre feu, face à l'envolée du nombre de nouveaux cas. Plus de 10 000 personnes supplémentaire se retrouvent infectées chaque jour. Un chiffre jamais atteint jusqu'à présent dans le pays, où les hôpitaux sont mis à rude épreuve.

De son côté, l'Irlande opte pour un confinement encore plus strict, qui comprend désormais la fermeture des écoles et la mise à l'arrêt des chantiers pour au moins trois semaines.

"Au moment où je vous parle, les hôpitaux de tout le pays, des îles britanniques et de toute l'Europe sont assiégés par la maladie", affirme Micheal Martin, Premier ministre irlandais. "Les professionnels de santé, déjà épuisés, sont aujourd'hui confrontés à un tsunami de contaminations encore plus important que lors de la première vague. Nos hôpitaux comptent déjà plus de patients infectés qu'ils n'en ont jamais eu".

En France, aucune levée des restrictions en semble à l'ordre du jour, lors de la conférence de presse du gouvernement attendue ce jeudi, alors que les critiques se multiplient, face à la lenteur de la campagne de vaccination. Les bars, restaurants, et salles de spectacle ne devraient pas rouvrir le 20 janvier. Pas de miracle en vue, non plus, pour les remontées mécaniques, et la liste des départements sous couvre-feu pourrait encore s'allonger.

Pour étendre l'immunisation contre le Covid-19, l'Agence Européenne du Médicament a donné son feu vert à l'utilisation du vaccin de Moderna, qui va permettre aux 27 de disposer d'un deuxième vaccin pour leur population.

L'Union Européenne a fait l'objet de critiques pour la longueur des délais d'approbation des vaccins, mais Bruxelles dit avoir signé cinq contrats supplémentaires avec des laboratoires pharmaceutiques pour acquérir à terme plusieurs centaines de millions de doses, une fois que les essais cliniques auront fait leurs preuves.