DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Face à l'île d'Utoya, discorde autour du mémorial

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Face à l'île d'Utoya, discorde autour du mémorial
Tous droits réservés  Lasse Tur/AP2011
Taille du texte Aa Aa

Les travaux ont débuté face à l'île tristement célèbre d'Utøya, en Norvège. Un mémorial va être érigé pour les 77 victimes, tuées il y a près de dix ans.

Si le pays reste uni face à ce traumatisme, un groupe de riverains a ouvert une polémique en s'opposant au projet. Terje Lien habite juste à côté du site. A l'époque, il avait secouru plusieurs adolescents qui s'étaient jetés à l'eau pour fuir. Aujourd'hui, il se bat contre l'emplacement du futur mémorial.

"Le problème c'est que l'on vit tellement près. Ils veulent construire un mémorial qui ressemble à un cimetière. 77 colonnes de bronze de trois mètres de haut, et cela à 75 mètres de notre maison. Ce sera la première chose qu'on verra en regardant par la fenêtre. J'essaie de prendre de la distance et d'oublier tout cela, mais depuis que les travaux ont débuté les souvenirs reviennent", témoigne-t-il.

Seize riverains ont porté l'affaire devant la justice pour exiger que le mémorial soit déplacé. Appelé le "quai d'Utøya", le site a été choisi pour plusieurs raisons explique l'avocat représentant le mouvement de jeunesse travailliste.

"C'est de cet endroit que les jeunes participants au camp d'été étaient partis pour rejoindre l'île, et c'est ici que l'auteur des attaques est arrivé le 22 juillet et c'est depuis cet endroit que les secours se sont organisés. C'est donc un site où les proches des victimes se rassemblent déjà pour commémorer les disparus", explique Pal Martin Sand, avocat de la Ligue des jeunes travaillistes.

Malgré les procédures judiciaires en cours, les autorités comptent bien achever le mémorial d'ici l'été prochain. Le 22 juillet, la Norvège commémorera le dixième anniversaire du massacre.

69 personnes, pour la plupart des adolescents avaient péri sous les balles du néo-nazi fanatisé Anders Behring Breivik. Ce dernier avait auparavant fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo faisant huit morts.