DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’UE heureuse de retrouver son "plus vieux et plus fiable partenaire"

euronews_icons_loading
L’UE heureuse de retrouver son "plus vieux et plus fiable partenaire"
Tous droits réservés  MANDEL NGAN/AFP
Taille du texte Aa Aa

Joe Biden a succédé à Donald Trump à la Maison Blanche. La prise de fonction du nouveau président américain a été saluée par une grande partie de la classe politique en Europe. Pour la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, "cette nouvelle aube aux Etats-Unis est le moment que nous attendions depuis longtemps. L'Europe est prête pour un nouveau départ avec notre plus vieux et plus fiable partenaire".

Quelques heures plus tard Joe Biden a répondu indirectement aux Européens mais surtout à la communauté internationale. "Nous allons réparer nos alliances et nous allons nous engager une nouvelle fois avec le monde non pas pour répondre aux défis d'hier mais pour ceux d'aujourd'hui et de demain", a souligné le président américain lors de son discours inaugural.

Les attentes sont fortes de la part de l’UE à l’égard de Joe Biden. Euronews a interrogé Alexandra de Hoop Scheffer, directrice du bureau parisien du German Marshall Fund, pour évoquer la place des 27 dans le programme du président américain.

Euronews :

Ce fut une prestation de serment comme aucune autre et pleine de symboles politiques. Quels sont les points que vous retenez ?

Alexandra de Hoop Scheffer :

Je pense que le discours de Joe Biden était fort mais aussi profondément réaliste. C'était une photo et une analyse réaliste de la situation américaine actuelle, une image très juste aussi des divisions entre les Américains. Vous savez lorsqu'il a évoqué les risques de guerre civile, c'était des propos très forts et un avertissement à tous les Américains. C'était aussi réaliste sur sa compréhension des défis complexes qui l'attendent. Un autre point que je retiens de ce discours et de cette journée de prise de fonction en général c'est évidemment l'absence de Donald Trump.

Euronews :

De nombreux experts estiment qu'en matière de politique étrangère ce sera la suite de Barack Obama, ou Obama 3.0. Vous êtes d'accord ?

Alexandra de Hoop Scheffer :

Absolument pas. Pour moi ce qui est frappant c'est la façon dont il encadre sa politique étrangère, appelons ça une politique étrangère pour la classe moyenne américaine. Et cela dit beaucoup sur la façon dont il compte en permanence articuler les engagements américains internationaux avec ses conséquences pour la classe moyenne américaine. On ne va pas voir les autorités américaines vouloir signer rapidement de nouveaux accords commerciaux. On va voir une politique étrangère américaine plus prudente qui va toujours évaluer l'impact, le coût, ce que cela va coûter aux Etats-Unis de se réengager dans les organisations multilatérales et de signer un nouvel accord commercial.

Euronews :

Concernant les relations transatlantiques il est difficile d'imaginer Joe Biden revenir au bon vieux temps d'avant Donald Trump. A quoi ressemble le programme européen de Joe Biden ?

Alexandra de Hoop Scheffer :

Je crois qu'il réalise qu'en terme de priorités internationales, l'Europe est un partenaire indispensable. Quand vous regardez aujourd'hui les priorités de Joe Biden, que ce soit le covid, la reprise économique, le changement climatique, nous avons le décret signé pour rejoindre l'accord de Paris sur le climat ce qui est décision importante qu'il a prise et qui satisfait beaucoup les Européens. Sur tous ces dossiers politiques clefs, les Européens sont au centre du programme. Ce que j'observe, c'est un virage naturel vers l'Europe lorsqu'il s'agit de définir la politique étrangère des Etats-Unis.