DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Gamestop : quand les petits font trembler les hedge funds

euronews_icons_loading
Gamestop : quand les petits font trembler les hedge funds
Tous droits réservés  Seth Wenig/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

En achetant massivement l'action Gamestop, des investisseurs particuliers sont parvenus à faire trembler des grands noms de Wall Street. La bourse tient sa revanche, mais des voix s'élèvent pour défendre les petits porteurs.

Pour les Américains, Gamestop est avant tout un magasin de jeux vidéo. Mais à Wall Street, ces jours-ci, c'est un nom qui fâche. Alors que des fonds d'investissements de renom, Melvin Capital et Citron Capital, misaient sur une chute de son action, des investisseurs particuliers se sont passés le mot, principalement sur le forum Reddit WallStreetBets, pour acheter massivement des titres.

Le prix de l'action Gamestop s'est rapidement envolé rapidement si bien que les deux "shorters" ont décidé d’abandonner leurs positions de vente à découvert sur l’action.

Un aspect "occupy Wall Street"

"On assiste à une grande armée d'investisseurs individuels qui a décidé de s'attaquer aux grands fonds spéculatifs de Wall Street", décrypte Seth Sutel, spécialiste des marchés financiers chez Associated Press.

"Ces investisseurs amateurs ne visent pas nécessairement l'ensemble du marché boursier, ils se concentrent sur une poignée d'actions qui sont également victimes de ces hedge funds. Donc, oui, d'une certaine manière, il y a vraiment une sorte d’aspect occupy Wall Street dans leur démarche", poursuit le journaliste.

Le mouvement a pris tellement d'ampleur que Robinhood, une plateforme de trading, a décidé de restreindre les opérations liées à Gamestop, et les quelques autres concernées par ces justiciers de la Bourse.

La plateforme Robinhood avait révolutionné le secteur, notamment en ne facturant aucune commission pour l'achat d'actions. "Vous pouvez l'utiliser sur votre téléphone et son objectif, disent ses promoteurs, est de démocratiser la finance. Mais ils ont déjà eu des problèmes avec régulateurs, qui consièdrent que cela encourage une forme de ludification de l'investissement", résume Seth Sutel.

Depuis, Wall Street a obtenu sa revanche : les efforts de Robinhood pour calmer la frénésie spéculative ont provoqué la rechute des actions concernées. Ce qui a provoqué un tollé de la part des utilisateurs, et même de certains élus américains, selon qui les petits porteurs sont traités injustement.