DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Économie : contraction de 0,5% du PIB de l'UE au 4ème trimestre 2020

Access to the comments Discussion
Par Guillaume Petit  & euronews
euronews_icons_loading
Économie : contraction de 0,5% du PIB de l'UE au 4ème trimestre 2020
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

L'année 2020 s'est achevée sur une note négative pour l'économie européenne, mais une note moins négative que prévu. C'est la conclusion de la première estimation publiée ce mardi par l'office des statistiques européen Eurostat.

Le Produit Intérieur Brut des Vingt-Sept de l'Union européenne (UE) s'est contracté de 0,5% au quatrième trimestre 2020, par rapport au troisième trimestre de la même année. Mais sur un an, la chute est beaucoup plus marquée : le PIB a reculé de 4,8% par rapport au quatrième trimestre 2019.

Ces reculs succèdent au fort rebond du troisième trimestre 2020 (+12,4% dans la zone euro et +11,5% dans l’UE), qui correspond aux réouvertures des économies et à la fin progressive des restrictions en Europe. Ce rebond succédait lui-même à la chute historique du PIB au deuxième trimestre 2020 (-11,7% dans la zone euro et -11,4% dans l’UE) ; les plus fortes baisses jamais enregistrées depuis le début des mesures en 1995.

Mais qui s'en sort le mieux ?

Au quatrième trimestre 2020, l'Autriche, l'Italie et la France enregistrent les baisses les plus importantes par rapport au trimestre précédent (respectivement -4,3%, -2% et -1,3%) tandis que l'Allemagne, le Portugal, la Suède, la Lettonie ou encore la Lituanie sont les pays qui résistent le mieux (+0,1% pour l'Allemagne, +0,4 pour le Portugal, +0.5 pour la Suède, +1,1 pour la Lettonie, et +1,2% pour la Lituanie).

Les estimations du quatrième trimestre 2020 peuvent s'expliquer par la souplesse des confinements mis en place par les gouvernements en Europe lors de la deuxième vague de coronavirus, comparé aux mesures drastiques du deuxième trimestre 2020.

Mais l'économie européenne risque de ne pas en avoir fini avec les conséquences de la pandémie. Les économistes anticipent une poursuite du déclin au premier trimestre 2021, qui pourrait être cette fois plus marqué.