This content is not available in your region

Le Covid-19 plombe l'industrie mondiale du textile

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Photo d'archive du 19 avril 2018, des stagiaires travaillent dans l'usine de vêtements Snowtex à Dhamrai, près de Dhaka, au Bangladesh
Photo d'archive du 19 avril 2018, des stagiaires travaillent dans l'usine de vêtements Snowtex à Dhamrai, près de Dhaka, au Bangladesh   -   Tous droits réservés  A.M. Ahad/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.

L'industrie du textile connait une crise sans précédent dans le monde avec un espoir de relance économique très faible à cause des nouveaux confinements imposés pour lutter contre le coronavirus.

Certaines enseignes continuent d'écouler les stocks de l'année dernière qui auraient dû être vendus lors des périodes de solde. La chaîne de magasin Primark, par exemple, affirme détenir pour près de 170 millions d'euros de stock de vêtements printemps/été ainsi que près de 230 millions d'euros pour les collections automne/hiver.

Cette abondance d'invendus a également des conséquences dans les pays producteurs, notamment le Bangladesh, dont les carnets de commande restent vides.

Cinquante usines consultées par l'Association des fabricants et exportateurs de vêtements du Bangladesh déclarent avoir reçu 30% de commandes en moins que d'habitude cette saison, car les mesures de restrictions d'avant Noël dans une grande partie de l'Europe, suivies d'une nouvelle vague de confinements en janvier, ont durement frappé leurs entreprises.

Avec un marché en crise, le besoin de refonder l'industrie du textile est criant. En ce sens, la fondation Changing Market appelle l'Union européenne à encourager la transition écologique dans la mode, en renonçant notamment aux ressources non renouvelables, aux produits chimiques et aux engrais.

"Ce que la Commission européenne peut garantir, c'est que l'industrie de la mode est réellement responsable des déchets dus à sa surproduction" explique Urska Trunk, responsable de campagne de la fondation Changing Market. "L**a Commission doit s'assurer qu'une fois que les consommateurs ont fini de porter leurs articles, il est de la responsabilité des producteurs de les collecter, les réparer, les réutiliser et les recycler**".

À elle seule, l'industrie de la mode est responsable de plus d'un cinquième de la pollution de l'eau dans le mode, et consomme plus d'énergie que les transports maritime et aérien réunis.