Facebook fait taire la junte birmane

En Tha¨ïlande, un migrant birman tient un poster du général General Min Aung Hlaing (Bangkok, 18 février 2021)
En Tha¨ïlande, un migrant birman tient un poster du général General Min Aung Hlaing (Bangkok, 18 février 2021) Tous droits réservés MLADEN ANTONOV/AFP or licensors
Tous droits réservés MLADEN ANTONOV/AFP or licensors
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'entreprise américaine a fermé tous les comptes liés à l'armée, trois semaines après le coup d'Etat contre Aung San Suu Kyi au Myanmar

PUBLICITÉ

Trois semaines après le coup d’Etat militaire, la junte continue de faire face à des manifestations massives et quotidiennes au Myanmar. Dans le même temps, Facebook a annoncé ce jeudi avoir fermé tous les comptes restants liés à l'armée birmane.

"Nous avons interdit à l'armée du Myanmar ainsi qu'aux entités étatiques et médiatiques contrôlées par l'armée, d'accéder à Facebook et à Instagram. Nous avons également interdit les publicités des entités commerciales liées à l'armée. Nous continuons à traiter la situation dans le pays comme une urgence et nous restons concentrés sur la sécurité de notre communauté et du peuple birman", a déclaré Rafael Frankel, directeur des affaires publiques pour Facebook dans les pays émergents de la zone Asie-Pacifique.

De son côté, Londres a sanctionné de nouveaux responsables de la junte et cette fois, le commandant en chef de l'armée, Min Aung Hlaing est aussi visé. Il sera interdit de séjour sur le sol britannique et ne pourra plus faire d'affaires avec des entreprises du Royaume-Uni.

Le bilan de la répression des manifestations contre le coup d'Etat se monte à cinq morts.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Facebook et Instagram touchés par une panne mondiale

"Cela vous marque à vie" : des modérateurs traumatisés par des vidéos violentes poursuivent Meta

Wagner recrute toujours des combattants sur Facebook malgré les règles de Meta