DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Face au Covid-19, l'idée d'un passeport vaccinal européen fait son chemin

euronews_icons_loading
Face au Covid-19, l'idée d'un passeport vaccinal européen fait son chemin
Tous droits réservés  Olivier Hoslet/AP
Taille du texte Aa Aa

Tous les jours des centaines de milliers d'Européens sont vaccinés. Ces chiffres sont l'espoir d'un retour à la normale sur le Vieux Continent. L'UE travaille désormais sur la mise en place d'un passeport vaccinal pour faciliter la reprise de la libre circulation des citoyens.

Mais la présidente de la Commission européenne souligne toutefois l’ampleur du chemin qu’il reste à parcourir. "Il nous faut au moins trois mois pour développer un système interopérable au niveau européen. Il y a beaucoup de travail à faire pour la Commission au niveau européen, et il y a beaucoup de travail à faire techniquement pour les Etats membres au niveau national", précise Ursula von der Leyen.

Ce certificat devrait inclure des informations telles que la vaccination, les tests PCR négatifs ou la présence d'anticorps. Pour les experts c’est un dispositif assez simple. "Il y a déjà un certificat de vaccination, et ces certificats sont déjà employés lorsque vous voyagez dans certains pays où il y a la fièvre jaune par exemple. Donc il faudra peut-être un peu d'adaptation" dans le cas du covid-19 explique le directeur de l’institut Bruegel Guntram Wolff.

Réunis en sommet par visioconférence, les dirigeants européens veulent aussi augmenter les capacités de production afin d'obtenir un approvisionnement constant. "Nous soutenons les efforts de la Commission pour travailler avec les industriels afin d'identifier les ralentissements, de garantir la chaine de production et d'augmenter la production. Et nous voulons de la prévisibilité et de la transparence pour permettre aux entreprises pharmaceutiques de tenir leurs engagements", souligne le président du Conseil européen, Charles Michel.

Mais pour certains pays membres la priorité est d'abord de maintenir la pandémie sous contrôle alors que les infections progressent. L'Allemagne et la Belgique défendent ainsi les restrictions de déplacement en dehors de leurs frontières provoquant les critiques de la Commission européenne. Les discussions entre les dirigeants européens se poursuivent vendredi. Les questions de sécurité et de défense sont à l’ordre du jour de cette seconde journée.