DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Russie / UE : "c’est un autre pas d’une relation sur une pente descendante"

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Russie / UE : "c’est un autre pas d’une relation sur une pente descendante"
Tous droits réservés  Spencer Rasson, Euronews
Taille du texte Aa Aa

L’escalade des difficultés se poursuit entre l’UE et la Russie. Les 27 ministres des Affaires étrangères ont décidé de sanctionner Moscou pour l’arrestation de l’opposant Alexeï Navalny. Mais ils n’ont pas encore établi la liste des personnes concernées par ces mesures de rétorsion. Pour les Européens les plus vindicatifs cette annonce relève d’une "farce". C’est l’avis de l’eurodéputé polonais Jan Waszczykowski. "Ce sont des sanctions qui ne sont même pas symboliques", dénonce le parlementaire conservateur.

Cette posture des diplomates européens révèle les divisions entre les 27 à l’égard de la Russie. Certains dirigeants de l’UE défendent l’idée d’un dialogue renouvelé avec Moscou. Euronews a interrogé l’ambassadeur russe auprès de l’UE Vladimir Chizhov.

Euronews :

Comment réagissez-vous aux sanctions annoncées par l’UE ?

Vladimir Chizhov :

Il apparaît que les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont choisi une voie étroite entre Charybde et plusieurs Scylla. Autrement dit ils voulaient réagir. Réagir à cette vague d’émotion, une émotion anti-russe dans l’opinion publique libérale qui comprend malheureusement de nombreux membres du Parlement européen, d’une part. Mais d’autre part, il ne faut pas porter préjudice aux intérêts économiques de l’Union européenne, à savoir le gazoduc Nord Stream 2. Enfin troisièmement, il ne faut pas faner l’éclosion de cette relation romantique avec le nouveau président américain. La voie était étroite je reconnais. Est-ce qu’ils ont réussi ; je ne sais pas. Mais de notre point de vue c’était une autre chance de rectifier nos relations manquées. C’est un autre pas d’une relation sur une pente descendante.

Euronews:

Le ministre russe des Affaires étrangères a présenté l’Union européenne comme un partenaire qui n’était pas fiable. Pourquoi ?

Vladimir Chizhov :

Il y a un proverbe russe qui dit que lorsque vous touchez le sol il y a toujours quelqu’un qui tape en bas. Je n’appellerai pas ça la fin d’une relation. Il est dommage pour les deux parties que les relations entre l’Union et la Russie soient prises en otage par les événements dans un pays tiers, l’Ukraine, une situation qui empêche tout changement de position de l’Union européenne à l’égard de mon pays. Lorsque vous avez un partenaire qui pour des raisons qui dépassent l’entendement, sans preuve formelle, décide de façon unilatérale de prendre des mesures restrictives ou fait des déclarations qui ne sont pas vraiment positives, cette entité dans ce cas-là n’est pas un partenaire fiable.