Un juge de la Cour suprême du Brésil annule les condamnations de l'ex-président Lula

L'ex-président brésilien Luis Inacio Lula da Silva, à Genève, le 6 mars 2020
L'ex-président brésilien Luis Inacio Lula da Silva, à Genève, le 6 mars 2020 Tous droits réservés MARTIAL TREZZINI/AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Lula retrouve ainsi ses droits civiques, ce qui pourrait relancer sa candidature à la présidentielle de 2022.

PUBLICITÉ

Un juge de la Cour suprême a annulé lundi les condamnations de l'ex-président Lula et rétablit ses droits politiques... à un an de la prochaine élection présidentielle.

L'annonce a été retentissante au Brésil. Ce lundi, le juge Edson Fachin, de la Cour suprême du Brésil, a ordonné l'annulation pure et simple de l'ensemble des condamnations de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva président du Brésil entre 2003 et 2011.

Lula, pour ses supporteurs, avait été disqualifié de la dernière élection présidentielle après son spectaculaire emprisonnement ayant été condamné pour corruption. L'ex-président brésilien avait alors subi une double humiliation : sa propre détention et la défaite de son dauphin à la candidature suprême au profit du bouillonnant Jair Bolsonaro, le candidat de l'extrême droite.

Le Parti des Travailleurs de l'ex-président Lula a aussitôt tweeté : "Lula innocent"

Le juge qui a ordonné l'annulation des quatre condamnations de Lula a estimé que le tribunal de Curitiba n'était pas compétent en la matière pour juger les faits reprochés à l'ancien syndicaliste devenu président.

Ce jugement n'est pas encore un solde de tout compte pour Lula : non seulement le procureur général du Brésil a déjà annoncé faire appel de ce jugement, et si l'annulation est confirmée ce sera à la Cour suprême de reprendre l'examen de cette affaire.

En attendant, l'ex-président retrouve ses droits civiques, ce qui lui permettrait de relancer sa propre candidature pour 2022.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

NO COMMENT : le Brésil confronté à une épidémie de dengue sans précédent

No Comment : un père Noël noir dans une favela de Rio

Une catastrophe environnementale menace le Brésil