DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Claudie Haigneré, première Française dans l'espace, encourage les femmes à se lancer dans l'aventure

euronews_icons_loading
Claudie Haigneré, première Française à être allée dans l'espace
Claudie Haigneré, première Française à être allée dans l'espace   -   Tous droits réservés  -/AFP
Taille du texte Aa Aa

Certains modèles sont particulièrement les bienvenus en ce lundi 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, et surtout dans le sombre contexte de la pandémie de Covid-19. Si cette date est l'occasion de rappeler les inégalités, écarts de salaires et violences sexistes qui perdurent dans nos sociétés - qui ont d'ailleurs été renforcés par la pandémie - l'heure se veut aussi à la mobilisation pour plus d'avancées.

Et alors que de nombreux progrès restent à faire sur Terre, un domaine n'échappe pas aux inégalités entre les hommes et les femmes : celui de l'aérospatiale. Pour en parler, euronews s'est entretenue avec une femme qui est parvenue, à force de travail et d'efforts, à briser un plafond de verre, dans les étoiles, en devenant la première Européenne à se rendre dans l'espace : Claudie Haigneré.

En août 1996, après des années de préparation, cette rhumatologue de formation et docteur en neurosciences participe à sa première mission spatiale, Cassiopée, et rejoint la station russe Mir. Un voyage de 16 jours dans l'espace inoubliable pour elle, historique pour les femmes. A l'époque, Claudie Haigneré raconte qu'il y avaitseulement"10% de femmes" parmi les candidats, lors de la rude sélection qui avait été effectuée 11 ans plus tôt, en 1985. "J__'ai eu la chance d'être la femme sélectionnée dans le groupe de sept astronautes à l'époque", raconte-t-elle sur le plateau d'euronews.

A titre de comparaison, en 2008, lors de la dernière sélection de l'Agence spatiale européenne, dont est issu le Français Thomas Pesquet - et où seuls sept candidats avaient franchi la ligne d'arrivée, sur plus de 8 000 candidatures -"le taux de candidatures féminines était de 15%", nous répond-elle. "_Donc, effectivement, on n'a pas beaucoup bougé entre 1985 et 2008. Mais la sélection que l'Agence spatiale européenne lance aujourd'hui va démarrer à la fin du mois de mars. Et l'un des objectifs est d'accroître cette diversité pour avoir une mixité un petit peu plus équilibrée, qui nous amènerait à environ un tiers astronautes féminines recrutées."_

"L'un des objectifs (du recrutement de l'Agence spatiale européenne) est d'accroître cette diversité pour avoir une mixité plus équilibrée, qui nous amènerait à environ un tiers astronautes féminines recrutées."
Claudie Haigneré
Première Européenne à s'être rendue dans l'espace

"Osez candidater"

Cela veut dire qu'il faut "beaucoup plus de jeunes femmes candidates", ajoute Claudie Haigneré. "Cela veut dire qu'il faut qu'on mobilise aussi les jeunes femmes sur ces métiers de la science et de la technologie de l'ingénierie, qu'ils soient ceux du spatial, ou issus d'autres domaines", souligne-t-elle, où "il manque des talents féminins". La mobilisation passe donc par la visibilité de cette campagne de recrutement, mais aussi par la prise de parole de modèles féminins afin de sensibiliser les plus jeunes. Car c'est aussi au collège et au lycée que les parcours sont souvent bloqués par des clichés conduisant les filles à être sous-représentées dans les formations scientifiques, et dans les métiers scientifiques par la suite.

Et même si les places sont chères pour plusieurs milliers de candidatures attendues, Claudie Haigneré veut encourager les femmes à candidater. Le profil recherché ? Avoir un master dans un domaine scientifique et trois ans d'expérience professionnelle. Et une limite d'âge repoussée à 50 ans. Claudie Haigneré a donc un message pour les femmes qui répondent à ces critères :"__Osez candidater, osez prendre cette chance qui vous est offerte, puisque les portes sont ouvertes. Si vous avez ce rêve, cette envie, ce désir de participer à cette aventure, il faut oser y aller. Que vous soyez complètement prête ou pas tout à fait prête. On ne cherche pas des êtres parfaits, on ne cherche pas des super-héros, des super-héroïnes, mais à s'engager dans un chemin. Et de toute façon, on va grandir sur ce chemin", conclut Claudie Haigneré.

Retrouvez l'interview complète de Claudie Haigneré sur euronews dans la vidéo ci-dessus.