DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le procès du meurtrier de George Floyd retardé aux États-Unis

Par euronews avec AP, AFP
euronews_icons_loading
Le procès du meurtrier de George Floyd retardé aux États-Unis
Tous droits réservés  Jim Mone/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

C'est un procès sous tension qui devait commencer à Minneapolis, celui de l'ex-policier Derek Chauvin accusé du meurtre de George Floyd. 2 000 gardes nationaux, et plus d'un millier de policiers sont mobilisés pour contenir d'éventuels débordements des manifestations Black Lives Matter. Clôtures en béton et barbelés ont été installés autour du tribunal.

"Justice pour George Floyd", "condamnez les flics tueurs" sont quelques uns des slogans des manifestants.

Lundi, ils étaient près d'un millier à marcher vers le palais de justice et comptent bien recommencer jusqu'à la fin du procès, même si cela va durer. (Il pourrait ne s'achever que dans un ou deux mois). La sélection du jury a déjà été retardée pour cause d'incertitudes sur les charges pesant sur l'accusé, ce qui les inquiète :

"Nous avions le sentiment que cela pouvait être retardé. Nous espérons et nous prions pour qu'ils aillent de l'avant. Nous avons découvert qu'ils essayaient de faire pression pour faire passer l'accusation de meurtre au troisième degré, mais c'est trop peu, nous voulons le maximum" explique Cortez Rice de Minneapolis.

"Il devrait définitivement être condamné pour assassinat, que cela relève du meurtre au second degré ou du premier degré. Plus il passera de temps en prison, mieux ce sera", explique Nikki, habitante de Minneapolis.

L'ex-officier Derek Chauvin est déjà accusé de meurtre au second degré et d'homicide volontaire.

La peine maximale qu'il encourt est de 40 ans. Mais le meurtre au troisième degré qui se rapproche de l'homicide involontaire au Minnesota est plus facile à prouver et pourrait encore être retenu. C'est là-dessus que pèse l'incertitude pour la suite du procès. Les experts juridiques affirment que ce troisième chef d'accusation améliorera les chances d'obtenir une condamnation, même si la peine encourue est moindre, jusqu'à 25 ans de prison.

La sélection d'un jury impartial, un véritable casse-tête dans cette affaire, devrait reprendre ce mardi, sauf ordonnance de la cour d'appel.