This content is not available in your region

Les Néerlandais confrontés à une grave crise du logement

Access to the comments Discussion
Par Stefan de Vries
euronews_icons_loading
Les Néerlandais confrontés à une grave crise du logement
Tous droits réservés  Peter Dejong/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Mise à part la pandémie, un autre thème clef de la campagne électorale aux Pays-Bas a été le logement. Malgré les chantiers qui se multiplient dans les villes, il y a pénurie et les prix s'envolent.

"Cela a mal tourné pendant la crise financière. Il a été plus difficile d'acheter et de construire. Et alors la production de logement a baissé de presque moitié. D'autre part, depuis cinq ans, la population a augmenté avec une immigration de travailleurs", explique Peter Boelhouwers, professeur spécialisé en politique du logement à l'Université TU Delft.

Construire 1 million de logements en 10 ans

Tous les partis politiques se sont mis d'accord pour construire au moins un million de logements dans les dix prochaines années. Malgré cela, ce ne sera pas suffisant, les prix s'envolent notamment à Amsterdam.

Gert Jan Bakker est à la tête d'une association qui aide chaque année 10 000 personnes à se loger à prix abordables dans la ville. "Le précédent gouvernement de Mark Rutte a libéralisé le marché de la location. Il y a dix un appartement qui se louait 600 euros, se loue aujourd'hui de 1 600 à 1 800 euros. Même les plus petits espaces se louent à des prix exorbitants", explique t-il.

L'avenir est aux gratte-ciel

Les terrains sont de plus en plus rares. La seule issue, construire en hauteur. Dans des villes comme Rotterdam ou La Haye, des gratte-ciel sortent de terre pour abriter des centaines de milliers de personnes. Alodia et sa famille ont emménagé dans celui-ci il y a quelques mois, bien qu'il soit encore en construction, et bien que la famille ait deux revenus, il n'a pas été facile de trouver un appartement.

"Nous nous sommes dit que ce n'était pas drôle d'attendre deux ou trois ans, mais c'est ce qu'il faut faire lorsque l'on veut vraiment quelque chose de neuf. Alors nous avons trouvé ce projet. Et finalement nous étions sur une liste d'attente avec 800 personnes pour 100 appartements. Donc vous voyez la pression. En outre, les gens offraient 20, 30, 50 000 euros au-dessus du prix demandé" raconte Alodia, mère de famille à Rotterdam.

Si l'avenir semble aux gratte-ciel, les promesses politiques de construire plus de 100 000 logements par an sont-elles réalistes ?

"Que ce soit la gauche ou la droite, ils disent qu'il faut réglementer davantage et ne pas laisser faire les marchés. C'est un peu cynique" estime Gert Jan Bakker.

"J_e pense qu'il y aura forcément plus de dépenses du gouvernement, plus de planification. Cela va prendre du temps, bien sûr_", assure le professeur Boelhouwers.

La question du logement est au cœur des préoccupations des Néerlandais en cette période électorale. Mais le résultat des promesses politiques ne sera sans doute pas connu avant que cette petite fille ne soit en âge de voter.