This content is not available in your region

Un nouveau gouvernement au Kosovo et une priorité : lutter contre le Covid-19

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AP
euronews_icons_loading
Premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, février 2021
Premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, février 2021   -   Tous droits réservés  Visar Kryeziu/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.

Un nouveau gouvernement à la tête du Kosovo. Au cours d'une deuxième session extraordinaire, les députés ont voté en faveur du cabinet présenté par le Premier ministre Albin Kurti, par 67 voix à 30.

Le gouvernement est composé de 17 membres, dont six femmes ministres. La gestion de la pandémie de Covid-19, la relance de l'économie du Kosovo, y compris la lutte contre le chômage, contre le crime organisé et la corruption restent les principaux défis du nouveau gouvernement.

Albin Kurti s'est avant tout engagé à obtenir des vaccins contre le Covid-19 pour 60 % de la population du Kosovo cette année. Le Kosovo étant le seul pays européen qui n'a pas encore commencé de campagne de vaccination. Et pour cause, il n'a pas encore reçu le moindre vaccin, mais espère en obtenir prochainement par le biais du mécanisme européen Covax.

En attendant, médecins et infirmiers kosovars se rendent par petit groupe en Albanie voisine pour se faire vacciner. L'Albanie a annoncé prendre en charge 11 000 personnels de santé kosovars.

Quant à la reprise des discussions avec la Serbie, elle semble passer au second plan :

"Ma priorité est la normalisation du Kosovo, son développement et sa démocratisation, en conformité avec la justice. Que la Serbie se normalise aussi, en affrontant son passé et en se démocratisant également" a déclaré Albin Kurti devant les députés.

Les négociations visant à normaliser les liens entre le Kosovo et la Serbie voisine sont restées au point mort l'an dernier, malgré les pressions internationales et les allées et venues de l'envoyé spécial européen entre Pristina et Belgrade.

Miroslav Lajcak, envoyé spécial de l'Union européenne pour le dialogue Belgrade-Pristina, était encore en Serbie le 3 mars dernier pour rencontrer le président serbe Aleksandar Vucic.

Le nouveau premier ministre du Kosovo Albin Kurti a cependant déclaré que le dialogue était le seul moyen de résoudre les problèmes avec la Serbie, mais que la recherche des 1 640 personnes toujours portées disparues depuis la guerre avec la Serbie serait sa priorité absolue dans les pourparlers.

Il faut savoir que la plupart des nations occidentales ont reconnu la souveraineté du Kosovo, à l'exception de la Russie et de la Chine, alliés de la Serbie.