DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Des dizaines voire des centaines d'artistes bientôt sans logement à Moscou

euronews_icons_loading
Artist in Khrushchyovka
Artist in Khrushchyovka   -   Tous droits réservés  AFP
Par Frédéric Ponsard
Taille du texte Aa Aa

Des dizaines, voire des centaines d'artistes moscovites risquent de perdre leur lieu de travail dans le cadre du plan de rénovation de la capitale russe. Les artistes se sentent sacrifiés sur l'autel de la planification urbaine

L'ambitieux projet urbain, d'un coût estimé cette année à un milliard d'euros, prévoit la démolition de plus de 4 000 bâtiments et le relogement de quelque 350 000 ménages.

Mais si les propriétaires seront relogés, les artistes, eux, sont confrontés à un avenir sombre.

"Environ 250 bâtiments où se trouvent des studios seront démolis. Le nombre exact est en cours de clarification par l'Union (ndlr, des artistes), mais dans tous les cas, le nombre final sera très important, cela concernara probablement plusieurs milliers d'artistes."
Elena Yanchuk
députée de la Douma (conseil municipal) de Moscou

Jusqu'à présent, les artistes bénéficiaient d'un programme datant de l'ère soviétique qui fournissait des studios gratuits aux membres de l'Union des artistes de Moscou qui n'avaient qu'à payer les factures.

Les espaces de travail sont pour la plupart situés dans des Khrushchyovkas, des logements à bas prix construits dans les années 1960 et surnommés d'après le leader soviétique Nikita Khrushchev qui les a voulus.

" Je paie très peu pour cet espace, les frais de service et les charges, ce n'est pas grand-chose. Mais si je devais louer des locaux commerciaux, ce serait dix ou cent fois plus cher, ce que je ne peux évidemment pas me le permettre."
Polina Surovova
artiste

Malgré quelques protestations, la démolition des Khrouchtchevkas a été majoritairement saluée par les habitants de la capitale.

Le maire de Moscou, Sergei Sobyanin, a cherché à assurer aux Moscovites inquiets que personne "ne sera laissé à la rue", mais aucune solution de relogement des artistes n'a encore été trouvée.